Premier Contact, Denis Villeneuve (2016)

Arrival01

Dans un futur proche, douze immenses vaisseaux aliens se matérialisent sur terre. Dont un au beau milieu du Montana. Le Colonel Weber (Forest Whitaker) engage la spécialiste du langage Louise Banks (Amy Adams) et le physicien Ian Donnelly (Jeremy Renner) pour dialoguer avec les extraterrestres et surtout savoir « pourquoi sont-ils venus ? ».

Voilà un Blu-Ray que j’ai pré-commandé et que je ne regarde qu’un an plus tard ou presque.  Sans doute parce que j’ai un rapport trop personnel non pas avec ce film mais avec le texte dont il est la libre adaptation. Je m’explique.

En avril 2006, alors que je dirigeais la collection Lunes d’encre aux éditions Denoël, j’ai publié le premier recueil (un second est à venir) d’un jeune prodige de la science-fiction américaine : Ted Chiang. L’homme qui écrit en moyenne moins d’une nouvelle par an (une quinzaine de nouvelles recensées depuis 1990). Ce recueil contient une des meilleures histoires de SF jamais écrites « L’Histoire de ta vie », où une linguiste raconte à sa fille unique son expérience de premier contact avec une race extraterrestre qui ne conçoit ni le langage ni le temps de la même façon que nous, Humains. Ce texte de Ted Chiang est un chef d’oeuvre d’intelligence, mais aussi de sensibilité, brillant et sur le fond et sur la forme.

Si on arrive à faire abstraction du texte qui en est à sa source, Premier contact est sans doute un bon film de SF, bien interprété, avec de bons effets spéciaux, atypique dans une production majoritairement boum-boum tac-attaque-attaque. Mais voilà, il m’a été impossible, de bout en bout, d’oublier la novella de Ted Chiang. J’ai détesté ce qu’ils ont enlevé (le personnage joué par Jeremy Renner est vidé de toute sa dimension spéculative ou presque), je n’ai pas aimé ce qu’ils ont rajouté (l’inévitable grammaire cinématographique du thriller – tous les films de science-fiction sont condamnés, par Hollywood, à devenir des thrillers).

Si vous n’avez pas lu le texte, lisez-le plutôt que de regarder le film.

Si vous avez vu le film et que vous l’avez aimé, surtout procurez-vous le texte, même si vous connaissez la fin. De toute façon, la fin est un concept trop humain.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s