Lake Bodom, Taneli Mustonen (2016)

Bodom

En 1960, quatre jeunes finlandais sont agressés alors qu’ils campent sur les berges du lac Bodom en Finlande. Un seul survivra. Cette affaire ne sera jamais élucidée. Voilà pour les faits réels.

De nos jours, quatre jeunes gens (deux garçons, deux filles) reviennent sur les lieux du meurtre. Les garçons ont menti pour attirer les filles : ils ont parlé d’une cabane, d’une fête. L’une des filles, Ida-Maria, sort d’une histoire pénible : des photos nues d’elle ont été diffusées au lycée par un garçon qu’elle n’a pas réussi à identifier.

Lake Bodom est un petit film d’horreur finlandais. A défaut d’être très réussi, il est plutôt malin. Le réalisateur nous épargne un enième found footage pour nous embarquer dans un jeu de faux-semblants un peu bancal mais pas totalement foiré. Les retournements de notions scénaristiques de plot et counter-plot sont assez malins (à analyser). Le film bascule dans son mitan et change alors totalement de barycentre. C’est limite, mais ça passe…

Soyons clair : l’ensemble est très finlandais (comme serait sans doute « très français » un film sur l’affaire Grégory). Et une partie de l’intérêt du film nous échappe fort probablement. Il y a beaucoup à redire sur l’interprétation des acteurs, mais bon, on peut toutefois se laisser tenter par ce petit film d’horreur prometteur.

 


La musique adoucit les mœurs ? Pas sûr…