Love, Death & Robots

(Il y a des moments dans la vie où regarder un film c’est compliqué, démarrer une série (Watchmen) c’est compliqué, etc. Alors Love, Death & Robots offre la chouette opportunité de regarder chaque soir deux ou trois histoires complètes avant d’aller au lit).

C’est une anthologie de 18 courts métrages de science-fiction. Comme le veut la loi de Rod Serling (ne cherchez pas, je viens de l’inventer), tout n’est évidemment pas du même niveau.

1/ Sonnie’s edge. Des combats de robots géants, une rivalité, un secret. D’après une nouvelle de Peter F. Hamilton. Sympa, brutal, avec un twist assez mémorable.

2/ Three robots. Le parcours de trois robots après l’extinction de l’humanité. D’après une nouvelle de John Scalzi qui plagie (volontairement ou involontairement) la nouvelle d’Howard Waldrop « Heirs of the perisphere ». Cela dit, c’est excellent.

3/ The Witness. Une histoire à la Philip K. Dick qui m’a laissé complètement de marbre.

4/ Suits. Des extraterrestre belliqueux, des exosquelettes, un retournement de paradigme. Moais. Bof.

5/ Sucker of souls. Sans intérêt.

6/ When the yogurt took over. Bon je l’ai vu, c’est sûr, mais je n’en ai aucun souvenir. Ça doit être un chef d’œuvre. Je vois que ça…

7/ Beyond the Aquila Rift, d’après Alastair Reynolds. Comme j’avais lu la nouvelle, forcément, ça perd en impact, reste que c’est de loin un des meilleurs épisodes.

8/ Good Hunting, d’après Ken Liu. Ben, je suis bien embêté. C’est une des meilleures du lot, assurément, mais le format de 16 minutes m’a semblé peu adapté pour cette histoire qui a une ampleur proche de celle de Princesse Mononoke.

9/ The Dump. Une des deux histoires inspirées de nouvelles de Joe Lansdale. J’ai adoré. Très peu d’ambition, mais un humour tordu qui fait plaisir à voir.

10/ Shape-shifters, une des deux histoires inspirées de nouvelles de Marko Kloos. Bon, c’est pas sa faute, mais Marko Kloos c’est un peu tout ce que je déteste en science-fiction condensé en un seul auteur. Détesté.

11/ Helping Hand. Frappée par un débris, une femme perdue dans l’espace s’éloigne de sa base inéluctablement. Il lui reste qu’une solution pour s’en tirer… Pour un lecteur de SF, celle-là ne surprend pas. C’est pas mauvais, mais ça manque cruellement d’originalité et d’ambition.

12/ Fish Night, seconde histoire inspirée de Joe Lansdale. Simple, une fois de plus, mais très chouette.

13/ Lucky 13. Marko Kloos is back. Je suis allé au bout (parce que c’est court). Aucun intérêt.

14/ Zima Blue, d’après une nouvelle d’Alastair Reynolds. J’avais beaucoup aimé la nouvelle, je pense que le court-métrage n’a pas marché sur moi précisément pour cette raison.

15/ Blind Spot. Boum boum. Tac-à-tac-attaque. Mauvais comme tout.

16/ Ice age. Un jeune couple découvre un mammouth dans un glaçon, puis un monde miniature dans le frigo de leur nouvel appartement. D’après une nouvelle de Michael Swanwick. Excellent. Assurément sur le podium.

17/ Alternate histories. Une histoire d’histoires divergentes à base de morts d’Adolf Hitler. Bon, c’est sans doute bien, mais les histoires avec Hitler, ça me fatigue.

18/ The Secret War. Une histoire d’Hellboy sans Hellboy. Ou une réécriture des 300 spartiates en Sibérie. This is Siberia ! Comment faire de l’épique en 16 minutes, non sans glisser en loucedé une critique de l’ère Poutine/l’ère Staline assez succulente.

Infini, Shane Abbess (2015)

//

Après une catastrophe biologique sur la plus lointaine exploitation humaine dans l’espace, Infini, une équipe lourdement armée est envoyée pour empêcher le retour sur Terre de marchandises qui pourraient infecter notre belle planète à l’agonie. Par ailleurs, il semblerait qu’un des membres de la précédente équipe de secours ait survécu, un certain Whit Carmichael qui a toutes les raisons de ne pas finir ses jours sur Infini : madame a un polichinelle dans le tiroir.

Infini est mauvais. Les acteurs jouent mal. Les décors sont pourris. Le scénario est étiré jusqu’au point de rupture. L’influence du Aliens de James Cameron (que j’adore) est telle qu’on a parfois l’impression d’être au mieux dans un remake philippin fauché, au pire dans un plagiat italien ultrafauché.

Mais Infini n’est pas que mauvais, il est aussi sincère, c’est une lettre d’amour à The Thing de John Carpenter, à la franchise Alien et à plein d’autres trucs supers que j’ai adorés adolescent. Infini fait aussi preuve de tellement de sincérité dans son message que je me permettrais ici de ne pas le spoilier. Avec 800 000 dollars de budget, Shane Abbess a tenté l’impossible et n’est pas passé si loin de ça d’un résultat tout à fait honorable. Je ne connais pas le bonhomme, je ne l’ai jamais vu en interview ou même en photo, mais il m’est immédiatement devenu très sympathique.

(Par contre, Shane, de toi à moi, faut vraiment que tu révises ta physique : Einstein, la relativité, les trous noirs and co, parce que là, en l’état, c’est vraiment pas ça… Une petite remise à niveau en médecine et en biologie ne serait pas de trop, non plus.)