Pasolini, Abel Ferrara (2014)

Willem Dafoe est Pier Paolo Pasolini

[3615 My Life] Quel parcours du combattant pour voir ce film qui n’existe pas en DVD français, malgré le fait qu’il ait été co-produit par Arte et Canal+. Je l’ai acheté une première fois chez un vendeur en ligne, et j’ai reçu un DVD italien sans sous-titre que j’ai offert à Anna, une collègue italienne chez Albin Michel, avec qui je travaille beaucoup (c’est elle qui est en charge de toutes les quatrièmes de couverture). Puis je l’ai acheté une seconde fois, en Angleterre, car l’édition était sous-titrée pour les sourds et malentendants. Pas idéal, mais on finit par y arriver. [/3615 My Life]

Le film en lui-même m’a semblé très réussi, mais il sera sans doute vécu comme très obscur par ceux qui ne connaissent pas la vie et l’œuvre du réalisateur italien. Abel Ferrara, à l’opposé de certaines de ses œuvres anciennes, joue la carte de la sobriété, dans sa mise en scène, dans sa direction d’acteurs. Willem Dafoe, dont (à mon humble avis) on avait oublié qu’il était un acteur formidable ces dernières années, est sidérant de bout en bout. Il y a des moment, je l’ai même totalement oublié et il me semblait voir Pasolini, bien que la ressemblance physique soit lointaine. Incroyable ce qu’on peut faire avec un « gadget », la paire de lunettes emblématique du réalisateur, et des poses de mimétisme très travaillées.

Abel Ferrara choisit un angle artistique intéressant qu’il tient jusqu’au bout, il filme les derniers jours de Pasolini comme Pasolini les aurait sans doute filmés… en mêlant la vie et l’art, le naturalisme et la parabole, la splendeur et l’ordure, le sexe et la mort, un enfer qui existe et un paradis inatteignable. Ceux qui espèrent une explication quant au meurtre de Pasolini, sur une plage d’Ostie, près de Rome, durant la nuit du premier au 2 novembre 1975 ne la trouveront pas dans ce film (ni dans aucun autre, d’ailleurs).

Sans doute un film trop pointu, qui rétrécit son public à force de le cerner avec précision, ce Pasolini est tout à fait recommandable. Et je suis ravi d’avoir pu enfin le voir.

Seuls sur terre, Reed Morano (2018)

°

°

Une force quelconque a balayé l’humanité (comme dans Le Livre de M de Peng Shepherd, l’explication ne viendra jamais, ce qui n’a en fait aucune importance). Tout le monde est mort. Ou presque. Au nord de l’état de New-York, à proximité des chutes du Niagara, c’était l’après-midi. Del (Peter Dinklage) dormait et n’est pas mort. Alors Del, qui travaillait de nuit à la bibliothèque municipale d’une petite ville de 600 habitants, commence le rituel qui va devenir sa vie. Il entre dans une maison, la nettoie, emporte les corps pour les enterrer, récupère ce qui peut lui servir (piles, ordinateurs portable, vin, etc), puis trace une grande croix blanche sur le trottoir devant la maison. Enfin, il part pêcher la truite dans le lac, pour son dîner qui précédera un vieux film avec Buster Keaton ou la lecture d’un bon livre. Et puis un jour Dale est réveillé par le fracas d’un accident de voiture, il soigne une jeune femme (Elle Faning) qui a une étrange cicatrice à la nuque. Il aimerait rester seul (il a tellement souffert d’être parmi les autres), elle aimerait rester avec lui pour perpétuer la race humaine…

Les séances d’urbex à la recherche d’une canette de coca ou d’une bouteille de whisky sont un des clichés les plus courants du genre post-apocalyptique, même La Route de Cormac McCarthy y consent, c’est dire l’inéluctabilité de la chose, sa nature profonde de « passage obligé ». Il y a aussi des scènes de ce genre dans le très beau roman de Peng Shepherd Le Livre de M que j’avais publié chez Albin Michel Imaginaire en 2020, en pleine pandémie, et qui paradoxalement s’est imposée comme la meilleure vente de l’année. Là où le film de la réalisatrice Reed Morano impressionne, c’est qu’il transforme le cliché en sujet et crée à partir de ce « passage obligé » un film qui en devient de fait d’une très grande originalité. J’ai adoré la première heure, Dinklage est tout en retenue et pourtant extrêmement expressif, humain, touchant. Puis Elle Faning dynamite sa vie en y apportant le désir sexuel, une douce folie, peut-être une vraie folie et une douleur bien connue, celle du survivant.

Et puis il y a le twist, l’inévitable twist, après une heure de film (là t’as tout simplement envie de tuer le scénariste à mains nues ou au démonte-pneu). Et tout ce qu’a patiemment, méticuleusement, construit Reed Morano, ce spectacle du silence, du calme post-mortem, qui était si beau, si tendre, si humain, si touchant, s’effondre alors comme un château de cartes. D’un seul coup, la réalisatrice change radicalement le ton de son film, son sujet, même si le discours sur le libre-arbitre reste à peu près le même. J’ai trouvé ce choix extrêmement frustrant, cette rupture de ton d’une grande maladresse et même, pour le dire franchement, d’un ridicule absolu.

A un moment, au bout d’une heure, il se passe quelque chose entre les deux personnages et le film aurait pu s’arrêter là et, en quelque sorte, être parfait. Parfois, il faut savoir s’arrêter au bon moment.

Regardez-le si ma recension vous y invite, la première heure est bouleversante.

Moebius, Kim Ki-Duk (2013)

°

Une mère découvre que son mari la trompe avec la fille de la supérette d’à côté (très jolis nichons, pour les amateurs). Pour se venger, elle décide d’émasculer l’époux volage, mais s’y prend mal (ou comme une bite, si vous préférez) et rate son coup. Comme elle est folle, elle s’en va derechef trancher le zizi de leur fils, en pleine période masturbatoire, pas de bol pour lui. Pour tout arranger, elle bouffe le morceau prélevé, histoire d’empêcher toute possibilité de greffe. Cruellement raccourci, et en plus ça fait un mal de chien, le jeune homme qui n’avait déjà pas une vie facile, va avoir la vie encore plus compliquée, surtout quand ses tourmenteurs du moment l’impliquent dans un viol collectif dont sera victime la bombasse de la supérette.

Heu… alors là, j’en suis presque sans voix (d’ailleurs comme à peu près tous les acteurs du film, qui est presque muet). J’ai vu des films bizarres dans ma vie, chez Pasolini, Takashi Miike, Shin’ya Tsukamoto, David Lynch, mais celui-là me semble exploser absolument tous les compteurs. Donc c’est complètement barrécrado en un seul mot, avec des personnages qui feraient passer ceux de David Lynch pour normaux. C’est perturbant, passablement dégueulasse, limite insoutenable à deux ou trois reprises, a priori d’une misogynie étouffante, mais en fait, à la réflexion, les personnages masculins sont pas forcément meilleurs que les personnages féminins. Ce cinéma de l’abject arbore donc des pastèques en lieu et place des couilles, et c’est un peu ça mon problème, c’est qu’en fait, à trop transformer le spectateur en punching-ball et à trop vouloir le voir changer de couleur puis gerber, ben, finalement tout ça perd en force et finit par faire prout. Le propos, s’il y en a un (il est permis d’en douter) s’étiole dans un sifflement d’intestin crevé, l’odeur avec.

Donc j’ai vu Moebius, j’ai trouvé ça moins intéressant que pénible, et au final je ne le conseille à personne et je doute d’avoir envie de le revoir un jour, contrairement à Salo ou les 120 journées de Sodome que j’ai vu à de nombreuses reprises, en salle d’art et d’essais et à la maison ; car là, même si le spectacle vous met à plusieurs reprises le cœur au bord des lèvres, il y a un propos fulgurant, notamment sur le pouvoir.

En ce qui me concerne, un Kim Ki-Duk à oublier.

The Last Days of American Crime, Olivier Megaton (2020)

°

Quelques heures avant la mise en place d’un signal de contrôle mental qui empêchera tout citoyen américain de commettre une mauvaise action, Graham Bricke (Edgar Ramirez), Kevin Cash (Michael Carmen Pitt) et Shelby Dupree (Anne Brewster) mettent au point un plan pour voler 1 milliard de dollars en liquide.

Voilà un film de science-fiction (si si) que je voulais voir, car j’avais été incapable de lire le comics en trois volumes qui en est à l’origine, pourtant scénarisé par un de mes chouchous, Rick Remender. Il y a des dessinateurs auxquels je suis totalement allergiques et malheureusement c’est le cas de Greg Tocchini (qui est très talentueux, là n’est pas la question).

La première chose qui surprend dans The Last Days of American Crime (presque 2h30, quand même) c’est son rythme : tout devient très vite extrêmement long pour pas grand chose. Le montage m’a exaspéré ; j’aurais aimé trouver la puissance narrative d’un Oliver Stone qui peut faire (mais pas toujours, nous sommes bien d’accord) des films de 2H30 sans qu’on s’y ennuie une minute. Là on en est loin. Après, les acteurs ne sont pas mauvais, sauf Michael Carmen Pitt qui s’essaye à une interprétation casse-gueule façon Nicolas-Cage-Show, le problème c’est qu’il n’y a qu’un seul et unique Nicolas Cage sur Terre, quand il est bon il est insurpassable, quand il est mauvais c’est la même chose. Dans le cas de Micheal Carmen Pitt parfois ça passe, parfois c’est d’un ridicule outré franchement embarrassant, un peu comme si on avait les deux Nicolas Cage, le bon et le mauvais, dans le même film. C’est perturbant. Il y a un autre truc qui m’a complètement gonflé, c’est le x-ième duel à la kalachnikov presque à bout portant où tout le monde se rate. Si y’a bien un truc qui fait des dégâts, c’est une kalach’ à quelques mètres de sa cible, si ce n’était pas le cas les pathétiques microcéphales des cités marseillaises préféreraient les lance-pierres ou l’eau bénite. Pareil pour les dégâts sur un véhicule, c’est une arme (de guerre) particulièrement « perforante », donc les balles ne glissent pas sur les carrosseries en faisant de jolies étincelles.

Une vraie déception où tout n’est pas à jeter, loin s’en faut. Il y a des moment où j’ai trouvé Edgar Ramirez très fort, très juste dans son interprétation d’un homme qui a globalement tout raté dans sa vie.

Aguirre, la colère de Dieu, Werner Herzog (1972)

°

Accompagnés de leurs esclaves nègres et incas, des conquistadors descendent des Andes péruviennes jusqu’à l’Amazone. Ils sont censés découvrir l’Eldorado et apporter la parole de Dieu aux indigènes. Mais le fleuve est furieux, les difficultés s’enchaînent, des hommes meurent… jusqu’à ce qu’une mutinerie éclate, menée par Don Lope de Aguirre (KLaus Kinski).

Souvent considéré comme un chef d’œuvre, ou un des cent films à voir dans sa vie, Aguirre, la colère de Dieu est un spectacle étrange où la réalité concrète du tournage se mêle bien souvent à l’histoire que nous raconte Werner Herzog. Sur le plan technique, le film déçoit, il est en 4/3, un format assez peu adapté à l’aventure amazonienne. Tourné en anglais, la bande-son (en mono) s’est révélée inutilisable et il a fallu plus tard tout doubler en allemand, avec cette particularité que Klaus Kinski a refusé de ré-enregistrer ses dialogues et qu’un acteur l’a donc imité à la place. Le tournage fut compliqué, chaotique, notamment à cause d’une inondation imprévue des décors naturels que le réalisateur a fini par inclure dans son scénario en plein tournage. Sans parler de l’absence insensée de cascadeurs lors des scènes de radeau ou de bataille et des moyens limités du réalisateur ; on voit bien, à plusieurs reprises, à la lumière de plusieurs ellipses, de quelques bricolages, que la production n’a pas été à la hauteur de l’ambition démesurée du réalisateur.

Aguirre est la première collaboration Herzog/Kinski ; leurs relations tumultueuses donneront lieu à un des meilleurs documentaires du réalisateur allemand : Ennemis intimes. Presque cinquante ans après son tournage, Aguirre reste un étrange objet filmique, une expérience entre le cinéma, le théâtre (le fameux monologue d’Aguirre aux accents macbethiens) et l’improvisation, certaines scènes sont « décalées », pas vraiment dans le ton historique. Herzog détruit la rationalité tout au long du récit, rien n’est normal dans cette histoire. Alors qu’ils crèvent de faim, les conquistadors perdus relâchent dans la nature un cheval dont la viande aurait pu les nourrir pendant des jours. Cette bizarrerie n’est pas la moindre, dans un récit rythmé par la folie. Et la cupidité, la fièvre de l’or. Herzog montre avec ironie des êtres « civilisés » qui sont en fait pires que des bêtes sauvages et se dédouanent de leur crime dans l’ombre de Dieu. Ce qui est bien pratique et nous ramène violemment à certaines situations présentes.

Le film surprend aussi par le malaise qu’il crée, notamment lors de cette scène où Aguirre (surnommé le Führer par ses partisans) dit qu’il va se marier avec sa fille pour donner naissance à une lignée absolument pure, dans ce pays nouveau « six fois plus grand que l’Espagne » et qui lui est destiné. On rappellera ici que Klaus Kinski fut accusé de viol par sa fille aînée Pola et sa fille Nastassja livra à la presse un certain nombres de souvenirs douloureux : « Il m’a toujours trop touchée, il m’attirait tellement contre lui que je pensais que je n’allais pas pouvoir me dégager. À l’époque, j’avais 4 ou 5 ans et nous vivions à Munich (…) mais j’ai réussi à me dégager de ses étreintes. » « Il a toujours terrorisé notre famille. On ne pouvait jamais prévoir quand il exploserait à nouveau de colère. Parfois, pour des raisons obscures, il jetait contre les murs tout ce qui lui passait entre les mains et criait si fort que j’étais à chaque fois terrorisée. » Dans son autobiographie, Klaus Kinski a ce commentaire désobligeant au sujet de l’actrice Cecilia Rivera qui joue sa fille : « Il n’y a pas une seule personne qui ne soit pas épuisée à mort ou malade ou les deux. Mais ma fille dans le film, une Péruvienne blonde de seize ans, a été baisée par presque tout le monde, je crois. » Commentaire qui ne fait que rajouter au malaise.

Voilà bien un film fou dont le tournage a dérapé à plusieurs reprises (un membre de l’équipe a eu le bout du doigt arraché par une balle perdue) et qui nous rappelle qu’à ses débuts Werner Herzog, à mon sens fasciné par le danger, a eu souvent une attitude douteuse quant aux règles de sécurité élémentaires, dans bien des cas par soucis d’économie des frais de production il est vrai.

Au final, Aguirre, la colère de Dieu est un film vraiment à part dans l’histoire du cinéma et dire qu’il vaut le coup d’œil est un euphémisme.

Valhalla Rising, Nicolas Winding Refn (2009)

°

Accompagné d’un adolescent, un viking borgne, muet, doué de prescience, mais que n’accompagne aucun corbeau commence son odyssée vers le Valhalla ou les enfers ou le Paradis des Chrétiens…

Je n’avais pas vu ce film depuis des années, depuis que je l’ai acheté en blu-ray. C’est la vision hier de The Killing de Shin’ya Tsukamoto qui m’a donné envie de le revoir (bonne idée). Je dois dire que j’en gardais le souvenir flou d’un film puissant, déséquilibré par une recherche formelle trop appuyée pour mes goûts personnels, davantage tournés vers la puissance narrative, un film passionnant mais pas exempt de défauts, donc. Ma vision du film a radicalement changé, ce soir je ne lui ai pas trouvé de défauts particuliers, même s’il fait preuve de mon point de vue d’un déséquilibre formel courant chez son réalisateur, Nicolas Winding Refn. Valhalla Rising (dont je n’aime pas le titre français, qui amoindrit voire nie sa dimension métaphysique) fait preuve de partis-pris formels pour le moins culottés : je pense à la scène immobile du voyage dans la brume, les morceaux de musique expérimentale en fond sonore, les visions du Borgne en filtre rouge, etc. L’image est magnifique et rend particulièrement hommage aux dantesques (ah ah ah) paysages écossais qui ont servi de décors naturels (ça y est, tout est foutu, je veux retourner randonner en Écosse). On peut voir dans Valhalla Rising une métaphore de l’érosion du paganisme au profit de la chrétienté, et en cela le film en rejoint un autre, au traitement diamétralement opposé, l’Excalibur de John Boorman. Symbolique, métaphysique, Valhalla Rising l’est de la première à la dernière minute, mais laisse au spectateur la tâche ardue de naviguer à l’ombre du cairn que dresse le guerrier silencieux, à l’ombre de la croix que dressent ses compagnons de voyage, à proximité du cimetière amérindien dont la profanation mènera au Valhalla, à l’enfer ou au Paradis, selon le point de vue de chacun. Le barbare (Mads Mikkelsen), la civilisation (le chef des Chrétiens à la recherche d’une nouvelle Jérusalem), l’innocence (l’adolescent), le père (honteux de ne pas avoir devancé ses fils, morts avant lui), le fils rebelle qui barbote dans ces âges où l’on se croit immortel ; dans le film, chaque personnage semble doublé d’un poids symbolique. Chacun d’eux nous dit quelques chose sur le divin, le malin et l’humain. Ou au contraire pose de tas de bonnes questions, sans proposer de réponse en retour. Le film s’attaque constamment à la rationalité, en tout cas à sa dimension philosophique, démarche courante chez Nicolas Winding Refn.

Film violent, âpre, brutal (éviscération, cassage de crâne, égorgement, faites vos jeux), crépitant sur le plan intellectuel, Valhalla Rising m’a ouvert la voie vers un autre film que je veux désormais revoir très vite : l’étonnant et mythique Aguirre, la colère de Dieu de Werner Herzog. Et déjà je me demande vers quel film, Aguirre me mènera-t-il : The Fountain de Darren Aronofsky, peut-être ? (là : problème, il va falloir que je le retrouve, je ne sais plus où je l’ai rangé).

Killing, Shin’ya Tsukamoto (2018)

°

Un jeune samouraï sans maître (Sôsuke Ikematsu, intense) s’est installé dans un village où il aide aux récoltes et s’entraîne au sabre de bois (bokken) avec un garçon plus jeune, dont on sent bien qu’il n’a pas envie de finir sa vie comme riziculteur. Un jour, ils assistent à un duel dans un cimetière. Plus tard, ils rencontrent le vainqueur (incarné par le réalisateur Shin’ya Tsukamoto, impérial) qui se rend a Edo pour une mission de la plus haute importance et cherche des hommes pour l’accompagner. L’arrivée de bandits à proximité du village va contrarier ses plans.

Killing est un film de samouraïs comme Valhalla Rising est un film de vikings. Et je pourrais en rester là.

Sauf que je n’ai pas beaucoup aimé Killing, contrairement au film de Nicolas Winding Refn (qui n’était pas parfait pour autant, je le reconnais bien volontiers). J’en comprends les références (je crois), et l’intention fort louable (me semble-t-il) ; j’en loue l’ambition quasi philosophique, mais je me suis un peu ennuyé (pourtant ça ne dure qu’une heure et vingt minutes). A la huitième crise d’hystérie de Yû Aoi, qui a certes de bonnes raisons de sombrer dans l’hystérie, j’ai un peu commencé à fatiguer, pour le dire poliment. Après, c’est un film intéressant, qui dit des choses sur le classique d’Akira Kurosawa Les Sept samouraïs, qui semble aussi se référer au Tuer de Kenji Misumi, autre grand classique du film de sabre. On retrouve évidemment des échos au Zatoichi originel, toujours de Kenji Misumi. C’est aussi un film étouffant, avec de rares scènes de violence totalement explosives comme sait si bien les filmer Tsukamoto. Et des scènes contemplatives longues qui donnent un drôle de rythme au film. Le montage ne m’a pas convaincu, il repose sur un procédé technique (un fragment de la scène-clé ouvre le film et revient régulièrement) qui m’a semblé éculé, émoussé depuis bien longtemps.

En termes de trigger warnings, la liste est assez complète, il n’y a donc pas besoin de la dresser.

Printemps, été, automne, hiver… et printemps, Kim Ki-Duk (2003)

°

D’abord, il y a le cadre. Un temple flottant au milieu d’un lac serti dans une chaîne de montagnes reculées. Un endroit résolument isolé, un peu hors du temps, mais pas totalement, comme le découvrira assez vite le spectateur.

Au printemps, l’enfant s’amuse en torturant trois animaux : un poisson, une grenouille et un serpent. Le moine qui veille sur lui lui donne une bonne leçon.

Dans la section été, l’enfant est devenu un robuste adolescent qui va tuer l’enfant en lui en découvrant les joies du sexe avec une jeune femme malade confiée au moine par sa mère. Elle va guérir, lui non…

Et j’arrête là le résumé du film, déjà conscient que je suis allé trop loin.

Kim Ki-Duk (mort l’an dernier, fauché par la covid) est un réalisateur coréen, au cinéma malsain et ambigu, dont j’aime globalement beaucoup les films (que certains considéreront souvent comme misogynes, ce qui me semble parfois, mais pas toujours, pas totalement dénué de fondement). C’est un réalisateur un peu art&essais, un peu obscur, et j’ai d’ailleurs un mal de chien à mettre la main sur les DVDs et blu-ray qui existent, devant souvent me rabattre sur des éditions étrangères heureusement assorties de sous-titres en anglais. Mais bon, je suis loin d’avoir tous ses films, et certains sont tout bonnement introuvables.

Printemps, été, automne, hiver… et printemps est me semble-t-il son film le plus connu en France, il est facile à trouver en DVD français (je l’ai évidemment regardé en VO sous-titrée). Je ne sais pas si c’est son meilleur film, mais en tout cas c’est assurément un très bon film, avec des tas de choses étranges, comme deux scènes de possible télékinésie qui ramènent, de façon totalement incongrue, au Temps des gitans d’Emir Kusturica. C’est un film dur et cruel, évidemment puisque c’est un film de Kim Ki-Duk, mais c’est aussi un film splendide sur le plan visuel, plein de symboles, dont certains resteront obscurs, en tout cas pour moi. Peut-être qu’un coréen comprendra mieux la présence de certains animaux durant certaine scènes.

Je me suis régalé – c’est tellement fort, sur le plan émotionnel, sur le plan visuel – et la partie hiver, l’avant-dernière, est sans doute celle qui m’a le plus impressionné.

Je conseille ; c’est vraiment excellent.

Eli, Ciaran Foy (2019)

°

Eli a une maladie auto-immune.
Il vit dans une bulle hermétique, couvé par sa mère qui l’adore, aimé par un père un poil plus distant.
Ils ont trouvé un remède possible pour leur fils, ils y ont mis tout leur argent et le conduisent jusqu’à la clinique du docteur Horn dont Eli sera à ce moment-là le seul patient.
Là, Eli commence à voir des fantômes et n’a qu’une envie : se barrer.
D’autant plus que le traitement médical (thérapie génique) auquel il est soumis lui semble totalement inhumain. Le Dr Horn n’est visiblement pas une grande fan de l’anesthésie générale…

Bon je n’avais pas aimé Citadel du même réalisateur, ce n’est pas celui-là qui va me réconcilier.

Disons que la première heure est plutôt tenue, même si je me suis pas mal ennuyé et puis le film change complètement de paradigme, bascule dans un autre genre et je l’ai trouvé alors rigolo / ridicule mais distrayant.

A partir de cet endroit, je spoile à mort… Vous voilà prévenus.

Donc la grosse révélation du film (qui ne fonctionne pas vraiment, pour un tas de raisons), c’est qu’Eli n’est pas atteint d’une maladie auto-immune, il est le fils du Diable. Maman a fait une grosse bêtise et Papa a un peu de mal à la pardonner. Le docteur Horn (hommage aux Thorn de La Malédiction ?) n’est pas le docteur Horn, mais la sœur Horn d’une étrange congrégation pseudo-catholique (ça ne sera jamais expliqué / développé). Et alors, frappé par la vérité, le si gentil et docile Eli se transforme en superméchant façon Brightburn. Éclats de rire assurés, pas sûr que c’était ce que souhaitait le réalisateur.

Pour une poignée de films | 13/08/21

The Tax Collector est un film de David Ayer sur les gangs de Los Angeles (réels et fictifs). On y suit David, un collecteur, incarné par Bobby Soto. David est le fils de Wizard, un chef de gang emprisonné pour de nombreuses années. Il ramasse l’argent des autres gangs pour son père et, de temps à autre, il règle un conflit entre différentes factions. David est accompagné par un porte-flingue non-latino, Creeper (Shia LaBoeuf) et franchement si vous pensiez que Shia LaBoeuf n’est pas un acteur, ce film risque bien de vous faire changer d’avis. Tout roule à peu près jusqu’à ce qu’un gangster mexicain débarque à L.A, Conejo, et décide de récupérer un morceau du territoire de Wizard. Le fils se montrera-t-il digne de la réputation de son père ?

J’aurais adoré aimer ce film, mais il n’est pas totalement convaincant. Son principal soucis, c’est son rythme : la première partie d’exposition est assez lente, longue, un peu lancinante. Faut s’accrocher. C’est d’ailleurs assez surprenant, à tel point c’est presque documentaire/naturaliste. Passée cette première moitié, le film s’emballe, part dans une direction inattendue et monte en puissance jusqu’aux dernières scènes, très impressionnantes. Mais la principale force du film reste son propos, la relation entre David et son père Wizard. Décidément David Ayer est un réalisateur très intéressant.

Rayburn un ancien chasseur a créé en hommage à sa fille un sanctuaire dans la forêt du Minnesota, non loin de la bourgade d’Echo Falls. Sa fille a disparu depuis cinq ans et la responsabilité le consume, lui a tout coûté ou presque. Un jour, une autre jeune femme est retrouvée morte non loin, tuée avec un atlatl (un propulseur de grosses flèches). Non seulement la shériff du coin va se mettre aux trousses du tueur (elle soupçonne un Amérindien de la proche réserve), mais aussi Rayburn qui a surpris le chasseur de jeunes filles sur ses terres.

Autre film que j’aurais aimé adorer. Nikolaj Coster-Waldau est impeccable en chasseur repenti, alcoolique et hanté par la disparition de sa fille. Le reste du casting est pas mal non plus. Les décors sont superbes, il y a une vraie ambiance, mais le film s’autodétruit assez rapidement. La shériff prend une décision surprenante et Rayburn (qui en est la victime) prend ensuite une décision encore plus surprenante. Au-delà de cette scène-pivot, la mécanique du film se met à patiner et les motivations du tueur/chasseur peinent à convaincre. Dommage. Bon, on passe quand même un bon moment à condition de ne pas être trop exigeant.

Les Américains (gendarmes du monde) interviennent en Moldavie pour mettre fin à une insurrection, mais tout part en sucette quand ils sont attaqués (et massacrés) par des ennemis invisibles et invincibles. Les gens du cru parlent des fantômes de la guerre, mais pour l’ingénieur Clyne, il y a forcément une explication scientifique… car les fantômes ça n’existe pas.

Bon, celui-là, je ne sais pas trop par où le prendre sans spolier à mort. C’est un film d’action, une sorte de Chute du faucon noir avec un ennemi invisible surpuissant. Bon, avant de lancer le machin, on se dit pourquoi pas. Puis, au bout d’une heure, le film part dans le portnawak scientifique total et là, j’avoue, j’ai totalement décroché et je me suis mis à glousser régulièrement (la nature de l’ennemi, la transformation des armes des soldats en quelques heures, etc). Ça a un côté patriotique d’outre-tombe un brin pathétique. Beaucoup d’argent dépensé (70 millions de dollars) pour pas grand chose.