Velvet Buzzsaw, Dan Gilroy (2019)

Josephina (Zawe Ashton, sur la photo ci-dessus) travaille pour Rhodora Haze, ultrapuissante galiériste qui a des galeries dans le monde entier (dans un temps ancien, Rhodora fut musicienne dans un groupe punk, le bien nommé Velvet Buzzsaw qui entretient forcément un lien avec un certain Velvet Underground, mais ça c’était avant, avant le succès, avant l’argent). Un soir alors qu’elle rentre dans son appartement, Josephina trouve une canne par terre et aperçoit deux étages plus haut la silhouette d’un homme étendu contre la rambarde d’escalier. L’homme est mort et son appartement contient des centaines de toiles et de dessins qu’il avait commencé à détruire et dont il avait expressément demandé la destruction au cas où il mourrait avant d’avoir achevé cette tache. Évidemment, comme l’artiste est d’une authenticité brûlante, Josephina récupère tout et essaye de faire du bizness avec ce trésor. Seul problème, le contrat qui la lie à Rhodora lui empêche toute vente directe et la voilà donc obligée à pactiser, si n’est avec le diable du moins avec sa machiavélique patronne. L’artiste mort s’appelle Dease (on peut le considérer comme un mashup de Henry Darger et Francis Bacon). Pour pouvoir écrire un livre sur lui, le critique d’art Morf Vandewalt (Jake Gyllenhaal) va commencer son enquête sur le passé de Dease, une enquête dangereuse… un domaine (le danger) dans lequel Morf n’a absolument aucune compétence.

Velvet Buzzsaw est le second film où Dan Gilroy rassemble Jake Gyllenhaal et Rene Russo (son épouse à la ville), après le très bon et glaçant Night Call. Velvet Buzzsaw est une comédie (qui doit beaucoup à Robert Altman), un vrai film fantastique (qui doit beaucoup à Dario Argento, à mon avis), un film d’horreur et une critique assez frontale du milieu de l’art contemporain. Tout ça ne fonctionne pas forcément très bien ensemble et la filiation avec Prêt-à-porter de Robert Altman m’a semblé un peu lourdingue (évidente pendant tout le film, elle devient dominante au moment de la dernière scène, par ailleurs formidable de sens). Mais en fait, peu importe les calques d’hommages qu’il contient, c’est un film intelligent, plein de choses intéressantes (voire passionnantes) sur l’art (évidemment), la sexualité, le désir féminin, le melting pot, les classes (sociales). C’est un film plein de scènes réussies, d’acteurs qui jouent (voire surjouent) ; que ce soit Russo, Gyllenhaal, John Malkovich, Toni Colette, tout ce petit monde semble s’amuser comme un fou. On peut s’en agacer, évidemment. Et en même temps, voir Malkovich complètement écrasé au milieu de ce feu d’artifice d’hystéries donne extrêmement de poids à sa panne d’inspiration.

Certains diront que c’est un film raté, sans doute (j’ai l’impression qu’il est passé totalement inaperçu), mais c’est aussi un film que j’ai eu plaisir à voir, qui ressemble à une boîte de gâteaux Quality Street, on aime pas forcément ceux à la noix de coco, mais les langues de chat enrobées de chocolat sont à mourir. Les fans d’Henry Darger seront sans doute ravis de recoller les morceaux.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s