The Last Days of American Crime, Olivier Megaton (2020)

°

Quelques heures avant la mise en place d’un signal de contrôle mental qui empêchera tout citoyen américain de commettre une mauvaise action, Graham Bricke (Edgar Ramirez), Kevin Cash (Michael Carmen Pitt) et Shelby Dupree (Anne Brewster) mettent au point un plan pour voler 1 milliard de dollars en liquide.

Voilà un film de science-fiction (si si) que je voulais voir, car j’avais été incapable de lire le comics en trois volumes qui en est à l’origine, pourtant scénarisé par un de mes chouchous, Rick Remender. Il y a des dessinateurs auxquels je suis totalement allergiques et malheureusement c’est le cas de Greg Tocchini (qui est très talentueux, là n’est pas la question).

La première chose qui surprend dans The Last Days of American Crime (presque 2h30, quand même) c’est son rythme : tout devient très vite extrêmement long pour pas grand chose. Le montage m’a exaspéré ; j’aurais aimé trouver la puissance narrative d’un Oliver Stone qui peut faire (mais pas toujours, nous sommes bien d’accord) des films de 2H30 sans qu’on s’y ennuie une minute. Là on en est loin. Après, les acteurs ne sont pas mauvais, sauf Michael Carmen Pitt qui s’essaye à une interprétation casse-gueule façon Nicolas-Cage-Show, le problème c’est qu’il n’y a qu’un seul et unique Nicolas Cage sur Terre, quand il est bon il est insurpassable, quand il est mauvais c’est la même chose. Dans le cas de Micheal Carmen Pitt parfois ça passe, parfois c’est d’un ridicule outré franchement embarrassant, un peu comme si on avait les deux Nicolas Cage, le bon et le mauvais, dans le même film. C’est perturbant. Il y a un autre truc qui m’a complètement gonflé, c’est le x-ième duel à la kalachnikov presque à bout portant où tout le monde se rate. Si y’a bien un truc qui fait des dégâts, c’est une kalach’ à quelques mètres de sa cible, si ce n’était pas le cas les pathétiques microcéphales des cités marseillaises préféreraient les lance-pierres ou l’eau bénite. Pareil pour les dégâts sur un véhicule, c’est une arme (de guerre) particulièrement « perforante », donc les balles ne glissent pas sur les carrosseries en faisant de jolies étincelles.

Une vraie déception où tout n’est pas à jeter, loin s’en faut. Il y a des moment où j’ai trouvé Edgar Ramirez très fort, très juste dans son interprétation d’un homme qui a globalement tout raté dans sa vie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s