Brooklyn Affairs, Edward Norton (2019)

🏙

New York.

Années 50.

Lionel Essrog souffre du syndrome de Gilles de la Tourette. Il travaille pour le détective privé Frank Minna, qu’il considère comme son père. Un jour, Frank lui demande d’assurer ses arrières lors d’une négociation compliquée. Lionel ne sait pas ce que son patron négocie, mais l’affaire tourne mal et Minna est tué d’une balle dans le ventre. Bien décidé à comprendre de quoi il en retourne, Lionel commence alors une enquête ; elle va le mettre sur la piste d’un club de jazz à Harlem et d’un immense projet immobilier qui implique la destruction de nombreuses maisons insalubres occupées par des gens de couleur.

Brooklyn affairs, titre français mais en anglais (vous suivez ?) de Motherless Brooklyn, est le second film de l’acteur Edward Norton en tant que réalisateur. Il s’agit de l’adaptation du best-seller éponyme de Jonathan Lethem, un projet sans cesse repoussé que Norton a porté pendant des années. C’est un long film noir (2h24), extrêmement classique dans sa forme, soignée ; au tempo très lent, jazzy. Le héros se fait tabasser plusieurs fois, il y a une femme fatale (bien malgré elle), une histoire de chantage et un homme de pouvoir. Les bases sont bien là. Le spectateur ne sera jamais perdu. C’est aussi un film où il ne se passe pas grand chose : un slow y dure le temps d’un slow, la scène d’ouverture, très méticuleuse, très maîtrisée, doit bien faire vingt minutes à elle-seule. On ne pourra donc s’empêcher d’y voir une déclaration d’amour aux classiques du genre, dont le Chinatown de Polanski est probablement un des derniers exemples « historiques ». (Personnellement, j’y est aussi vu un hommage à certains films de Woody Allen, mais j’ai sans doute surinterprété.)

Beaucoup comparé à L.A Confidential, Motherless Brooklyn n’en a ni l’énergie ni le venin. C’est plutôt un film ample qui refuse le spectaculaire pour lui préférer une dimension psychologique fouillée et convaincante (si vous attendez les fusillades, vous allez être déçu). Très bien dirigés, les acteurs sont formidables, Willem Dafoe notamment. Le méchant, incarné par Alec Baldwin, est très réussi, car habité par son destin grandiose (quand il prononce son discours public sur le futur de la ville, il est quasiment impossible de ne pas faire de rapprochement avec Donald Trump).

Un beau film, donc, un peu trop poli, dont on regrettera aussi la langueur et l’indolence, contre lesquels il faut un peu lutter.

23, Hans-Christian Schmid (1998)

(August Diehl dans le rôle de Karl Koch)

💽

Hanovre, années 80. Karl, jeune étudiant antifasciste, militant antinucléaire fasciné par la trilogie de Robert Anton Wilson et Robert Shea sur les Illuminatis, devient un hacker sous le pseudonyme de Hagbard Celine. Avec un ami, il commence à pirater des données sensibles qu’il revend au KGB (avec l’aide de son dealer). Mais sa dépendance à la cocaïne devient de plus en plus ingérable et il ne tarde pas à se convaincre que les Illuminatis veulent sa mort.

23 est un petit film indépendant allemand (librement) inspiré de faits réels. Il semblerait qu’il ait été tourné en 1:85, mais le DVD en ma possession est résolument en 4/3. Il ne faut donc pas s’attendre à une reconstitution de folie de l’époque, ce qui n’empêche pas le film d’être passionnant de bout en bout, notamment dans le portrait qu’il brosse de la jeunesse allemande des années 80, dans la façon dont Karl réinterprète les événements de l’Histoire à partir de son prisme conspirationniste si particulier. C’est aussi amusant de voir naître le piratage informatique avec les modems branchés sur le téléphone, les gros ordinateur en plastic beige, les disquettes.

Dans le même registre, on est aussi fasciné par les coïncidences, les synchronicités (qui peuvent être vérifiées avec de simples recherches internet) listées dans le film. On comprend alors comment elles ont pu bouleverser à ce point un jeune homme sous l’emprise de la cocaïne (entre autres drogues).

Le film en rappelle un autre : Le Jeu du faucon de John Schlesinger (1985), grand classique du film d’espionnage américain, inspiré par l’histoire de Christopher John Boyce et Andrew Daulton Lee. Les similitudes entre les deux histoires véridiques sont tout simplement fascinantes.

Grey Owl, Richard Attenborough (1999)

🦉

Années 30. Grey Owl est un métis qui vit dans les grandes forêts du Canada, il écrit des articles sur la nature, les bêtes, la chasse. Adopté par la tribu ojibwé, il vit comme un trappeur de l’ancien temps, jusqu’à ce qu’il rencontre Pony (Gertrude Bernard, de son vrai nom), une jeune femme d’origine mohawk qui sauve deux bébés castors qui vont devenir comme leurs enfants. A partir de ce moment-là, le trappeur Grey Owl va changer et devenir un farouche défenseur de la nature et notamment des castors. Sauf qu’il porte en lui un secret, un secret qui pourrait tout remettre en question.

Grey Owl est l’avant-dernier film de l’acteur-réalisateur Richard Attenborough (grand acteur et grand réalisateur). C’est un film sincère, écologiste, naïf (aussi), c’est un film plein de bons sentiments avec des castors qui font les clowns, et donc (en un sens) c’est un joli film « familial » qui pourra plaire aux enfants qui, certes, verront les fesses de Pierce Brosnan et la poitrine d’Annie Galipeau, ce qui ne devrait pas les traumatiser outre-mesure.

Face à tant de sincérité, on n’a pas tellement envie d’en dire du mal… et pourtant Grey Owl est un film raté, qui ne trouve à aucun moment le ton juste. On ne sait pas bien ce qu’on regarde. Pierce Brosnan n’a pas la présence du Daniel Day-Lewis du Dernier des Mohicans, Annie Galipeau est régulièrement à côté de la plaque et évoque, bien malgré elle, une Q’orianka Kilcher dénuée de talent. Richard Attenborough ne trouve jamais, dans son évocation de la nature, la force de Jeremiah Johnson ou la beauté des plus belles scènes écologiques de Terrence Malick. Le film a parfois des allures de téléfilm fauché. Il n’est pas désagréable. On ne s’ennuie pas. Mais avec un tel sujet, il y avait de quoi faire un très grand film.

Le film s’arrange un peu avec l’histoire en faisant l’impasse sur les deux premiers mariages de Grey Owl, juste évoqués en des termes vagues, et oublie ses trois enfants, nés de trois unions différentes. Sans parler évidemment de ses blessures pendant la Première guerre mondiale où il fut gazé et blessé au pied (peut-être une auto-mutilation)…

Archibald Stansfeld Delaney, né à Hastings en 1888, mort en 1938 à Prince Albert (Saskatchewan, Canada).

The Little things, John Lee Hancock (2021)

🌵

Joe « Deke » Deacon (Denzel Washington), adjoint du shériff dans le comté de Kern, dans le nord de la Californie, est envoyé à Los Angeles pour récupérer des preuves (une paire de bottes tachées de sang) – une sorte de punition. Là, il fait la connaissance du capitaine Baxter (Rami Malek), jeune prodige de la police criminelle, embarqué dans une affaire embarrassante : quatre jeunes femmes ont été tuées de la même manière, une cinquième a disparu. Cette affaire de meurtres en série en rappelle une autre à Deke, celle qui lui a coûté sa carrière à LA, sa famille et même sa santé. Contre toute attente, les deux hommes sympathisent. C’est l’union de deux mondes, la surface de contact de deux méthodes, la trêve entre les modernes et les anciens. Grace à Deke, l’enquête jusque là au point mort fait une percée spectaculaire et un suspect entre en scène : Albert Sparma (Jared Leto, le cheveux gras et qui, par certains côtés, rappelle Charles Manson ; d’ailleurs l’ouvrage Helter Skelter trône en bonne place dans sa bibliothèque).

Mais que peuvent deux policiers, aussi doués soient-ils, contre un homme qui n’a peur de rien ? Où trouver des preuves quand elles n’existent pas ?

The Little things a une grande qualité comme film policier : il surprend. Rien ne se déroule vraiment comme prévu. Et d’ailleurs c’est sans doute ce qui pousse les deux policiers à commettre autant d’erreurs flagrantes, à prendre autant de décisions idiotes. Simples hommes qui essayent de faire le bien, ils se fracassent volontiers contre toutes les difficultés, notamment bureaucratiques, que ça implique. Difficile de ne pas penser à Seven de David Fincher, mais en nettement plus aride et réaliste. Difficile, aussi, de ne pas penser à Prisoners de Denis Villeneuve (il y a quelques points communs intéressants qu’il serait dommage de préciser). Mais le fond de The Little things diffère des deux thrillers sus-cités. D’ailleurs le réalisateur ne livre pas un thriller, mais un drame. Il s’intéresse à la faute, aux fantômes du passé, au prix que l’on paye ses erreurs, surtout si le sang a coulé. Il reprend (avec moins de talent et moins d’ambiance) la formule esthétique de Dans la brume électrique, confrontant Denzel Washington à des fantômes qui interagissent avec lui. John Lee Hancock rappelle à quel point la tâche du policier est lourde, comme Clint Eastwood, il met sur la sellette certains rouages de la justice américaine (notamment, via les allusions aux Droits Miranda). Et, dans un troisième mouvement, il laisse entrevoir l’idée désagréable, révoltante même, que toutes les vies ne se valent pas. Que la vie d’un bon policier père de famille vaut plus que celle d’un suspect, peut-être innocent.

C’est sans doute le sale goût qu’il laisse dans la bouche, son ambiguïté morale, qui empêche The Little things de n’être qu’un film policier de plus. John Lee Hancock a toujours été le fils (ou disciple) raté de Clint Eastwood, incapable de se mettre au niveau du maître. Il le prouve une nouvelle fois, mais livre néanmoins un film vraiment intéressant doté de scènes très fortes, peut-être son meilleur à ce jour.

In the tall grass, Vincenzo Natali (2019)


🌱

Un frère, Cal, conduit sa sœur Becky enceinte de six mois à San Diego, Californie. Alors qu’ils traversent l’Iowa (ou un état plat du même genre), la jeune femme prise de nausée fait arrêter la voiture, vomit, se rince la bouche. Au moment de repartir, ils entendent un jeune garçon qui demande de l’aide. Il semble perdu dans les hautes herbes, de l’autre côté de la route. Cal gare la voiture près d’une église en ruine et fait ce qu’il ne fallait surtout pas faire, il s’aventure dans le champ à la recherche du garçon perdu.

In the tall grass est l’adaptation d’une novella de Stephen King et Joe Hill que je n’ai pas lue. Pour sauter à la conclusion, je dirais bien : « Mauvaise pioche ».

Il y a des films, dès le départ ça ne s’engage pas bien. In the tall grass a commencé à m’ennuyer quasiment au bout de dix minutes (six minutes ? Peut-être.). Le frère et la sœur qui ne semblent pas de la même famille, des acteurs assez moyens. Un propos nébuleux, voire absent. Puis le surnaturel intervient, avec ce champ de hautes herbes et tout semble illogique… mais pas illogique flippant intriguant comme chez David Lynch, illogique comme dans « c’est n’importe quoi, mais on s’en fout, non ? ». Et puis apparaît Patrick Wilson, dans ce qui doit être le pire rôle de sa carrière, il fait des efforts louables pour être malsain, inquiétant, kingien, mais ça patine. On souffre un peu pour lui, on espère qu’il a reversé la moitié de son cachet à une bonne cause. Puis l’histoire part dans une nouvelle direction, première vraie surprise du film, mais cette direction ne servira qu’à légitimer la fin d’un point de vue scénaristique. Et les trucs qui ne fonctionnent pas s’accumulent, de plus en plus. Le tout étant tantôt d’un grand sérieux tantôt d’un ridicule consommé.

Vincenzo Natali et moi on a toujours été un peu fâchés ; c’est pas très grave, c’est pas comme si un jour nous devions partir en vacances ensemble. Je crois que le film que je préfère de lui reste son premier, Cube, et dans mon souvenir lointain c’était sympa, sans plus. Il faudrait que je le revoie. Ou peut-être pas. Je n’ai aucun souvenir de Splice que je suis pourtant sûr d’avoir vu.

J’ai l’impression que depuis un moment l’horreur tourne en rond, que rien de vraiment intéressant ne sort. Mauvaise pioche, oui, et pas grand chose à ajouter.