Men and chicken

🐣

A la mort de leur pĂšre, Elias (Mads Mikkelsen, comme vous ne l’avez jamais vu) et Gabriel (David Dencik, bluffant) dĂ©couvrent que leur pĂšre dĂ©funt n’Ă©tait pas leur pĂšre biologique et que celui-ci, Evelio Thanatos (ah ah ah), habite sur une Ăźle du sud du Danemark peuplĂ©e par 42 personnes. Ils s’y rendent et dĂ©couvrent un sanatorium quasi Ă  l’abandon, peuplĂ© de poulets et autres animaux domestiques dont un taureau de compĂ©tition. Leurs trois demi-frĂšres habitent lĂ  : Josef, Gregor et Franz, tous plus frappĂ©s les uns que les autres. La premiĂšre rencontre ne se passe pas bien : Gabriel est rouĂ© de coups (peu aprĂšs, il passera sous une voiture) et puis chacun commence Ă  apprivoiser l’autre. Pendant que Gabriel (qui a trĂšs bien supportĂ© de se faire rouler dessus, chapeau) enquĂȘte sur les secrets peu reluisants de son pĂšre biologique.

Je me suis fait avoir…

Hier le 30 janvier, c’Ă©tait le dernier jour pour le regarder en replay sur Arte et je me suis dit banco, ça a l’air rigolo, dĂ©calĂ© (j’avais vu Les Bouchers verts du mĂȘme rĂ©alisateur). Et en fait c’est certes rigolo (si on aime l’humour Ă  base de scatologie, masturbation, zoophilie, gĂ©rontophilie, troubles psychiques, blague sur les handicapĂ©s, maltraitance infantile…), mais c’est surtout terriblement dĂ©rangeant, glauque et pour tout dire un brin Ă©prouvant. Car Men and chicken n’est pas (mais alors pas du tout) une comĂ©die colorĂ©e Ă  la Wes Anderson, comme pourrait le laisser croire sa jaquette de DVD, c’est un film de science-fiction (oui oui) ultra-sordide, une sorte de collision frontale entre Freaks et L’Île du docteur Moreau mis en scĂšne par les frĂšres Coen, pĂ©riode O’Brother ou les Monty Python, quand ils faisaient preuve de mĂ©chancetĂ© gratuite. Il y a de nombreux morceaux de bravoure dans le film, dont une hallucinante visite Ă  la maison de retraite oĂč quatre des cinq frĂšres sont Ă  la recherche de « filles », une denrĂ©e rare sur l’Ăźle d’Ork.

Et vous n’oublierez jamais l’apparition de la cigogne.

A une Ă©poque oĂč il convient de peser tous ces mots pour ne pas heurter telle ou telle catĂ©gorie de la population, Anders Tomas Jensen vous regarde droit dans les yeux et vous dit : « le Politically Correct, vous savez oĂč vous pouvez vous le mettre ? Utilisez les deux mains, ça rentrera mieux. »

Je conseille, avec l’avertissement de circonstance : « personnes sensibles s’abstenir ».

La bande-annonce en VOSTFR :

https://www.youtube.com/watch?v=sNLp6V8tMoI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s