The Head, Alex & David Pastor (2020)

🐧

Antarctique, de nos jours.

Une équipe scientifique dirigée par Arthur Wilde (John Lynch) est sur le point de mettre au point une bactérie qui dissout le C02 133 fois plus vite que la photosynthèse. Cette découverte pourrait sauver des millions de vies. A la fin de l’été austral, la base Polaris VI se vide de la plupart de ses occupants et ne reste alors qu’une dizaine de personnes : Arthur, évidemment ; Anicka et Aki (ses assistants) ; Erik le commandant ; Maggie, la trop jeune toubib, dont c’est la première mission en antarctique. Et tout le personnel qui fait tourner les communications, la cantine, les engins, les machines nécessaires à la survie.

Trois semaines avant la fin de l’hivernage, un SOS est envoyé. Sept personnes sont mortes, assassinées, deux ont survécu, une a disparu.

The Head est une série plutôt prenante : j’ai avalé ses six épisodes en trois soirées, sans forcer. On s’amuse bien à chercher les petits clins d’œil à The Thing (mais là c’est plus un clin d’œil, mais un hommage filé en permanence), à The Shining et à Alien, m’a-t-il semblé, pour une scène bien précise. The Head est aussi un colosse aux pieds d’argile. Une fois que le rideau tombe, que toutes les explications arrivent (dans l’épisode 6), l’édifice a beaucoup de mal à tenir debout, d’autant plus qu’il a branlé à de nombreuses reprises. Ce qui m’a le plus gêné (et c’est sans doute trop subjectif pour être réellement signifiant), c’est l’incapacité récurrente (mais pas constante) de l’équipe de tournage à faire croire que cette histoire se passe en Antarctique. On ne ressent pas le froid, on n’est assez peu mis au courant des dangers qu’il représente, il y a toute une dimension matérielle / équipements qui peine à convaincre, foule de détails qui tuent la suspension d’incrédulité. Paradoxalement la scène où l’on ressent le plus le froid qui accable les personnages est une scène d’intérieur. La suspension d’incrédulité est beaucoup mise à l’épreuve, notamment via tout ce qui concerne la tragédie Polaris V (je ne spoile pas). Et puis, il y a une impossibilité factuelle ou disons managériale (je ne spoile pas) qui empêche purement et simplement l’histoire d’être crédible.

Malgré cela, il est tout à fait possible de se laisser emporter par le long tour de magie que représente The Head et de profiter de la ballade au pays des manchots.

Par contre, si vous aimez réfléchir aux tenants et aboutissant de l’ensemble et décortiquer les détails, vous risquez de hurler (de douleur) à plusieurs reprises.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s