Blade of the immortal, Takashi Miike (2017)

blade-of-the-immortal-700

//

Après avoir commis un massacre, au cours duquel il n’a pas pu s’empêcher de tuer le mari de sa sœur, corrompu, le samouraï déchu Manji est attaqué par une multitude d’adversaires qui veulent la prime mise sur sa tête. Pendant l’affrontement, il essaye de sauver sa sœur rendue folle par le deuil et échoue. Vainqueur, mais mortellement blessé, Manji attend la mort quand une vieille sorcière l’infecte avec des vers d’immortalité.

La jeune Rin a vu sa famille détruite : son père assassiné par Anotsu Kagehisha, sa mère enlevée par un des complices d’Anotsu. La gamine a juré de se venger. Afin d’y parvenir, elle engage Manji comme garde du corps.

Blade of the immortal est l’adaptation d’un manga à succès. Une des spécialités de Takashi Miike, le réalisateur japonais qui tourne plus vite que son ombre. Blade of the immortal est long, 2h20, et un brin épuisant. Il commence par une scène de bataille phénoménale et se clôt un peu de la même manière. Dans ce film de sabre totalement anachronique (armes, costumes, postures des personnages, coiffures mangas, dialogues et j’en passe), on retrouve l’humour noir de Miike, son sens de la provocation, et aussi foule d’hommages et clins d’œil plus ou moins fins à Kill Bill vol. 1, Zatoïchi, la trilogie Samurai avec Toshiro Mifune. Le diptyque Yoyimbo / Sanjuro. Sans oublier le cinéma de Hong Kong : The Blade de Tsui Hark et ses Chinois qui volent. Malheureusement le film est aussi d’une misogynie décomplexée qui ne fait pas honneur au réalisateur.

Pour tout arranger il ne « s’élève » jamais, se réduisant à une série d’affrontements : contre le violeur, le bandit coiffé en hérisson, l’immortel las de l’existence, la guerrière qui ne sait pas vraiment pourquoi elle se bat, le sabreur manchot, etc. Miike fait son Azumi, son chambara-pop ; ça va un moment, puis au trois cent cinquante quatrième mort (sur un millier environ) ça commence à devenir lassant, comme ces jeux vidéos où l’on ne fait que tuer des méchants, le plus vite possible. Dès que Miike laisse parler sa folie habituelle et/ou naturelle (hectolitres de sang, mutilations et perversions en tous genres), le spectacle remonte d’un cran, mais ces éclairs d’insanité sont trop rares pour faire de Blade of the immortal un grand film, comme l’était Izo, peut-être son chef d’œuvre.

Si Miike se permet quelques ellipses d’une rare audace, on regrettera des scènes bâclées, une mise en scène assez paresseuse, mécanique et répétitive, des armes en plastiques et des costumes qui semblent sortir d’un supermarché cosplay de Shinjuku.

Sôta Fukushi qui incarne Anotsu Kagehisha écrase tous les autres acteurs, notamment par sa présence androgyne.

A réserver aux complétistes de Miike.

3 commentaires sur “Blade of the immortal, Takashi Miike (2017)

  1. Hello, merci pour cette chronique intéressante. Je n’avais pas fait le lien avec L’habitant de l’infini, cela explique sans doute le côté manga du film, je me demande si l’adaptation est fidèle. Je me suis arrêtée au duel avec l’immortel, quelques peu lassée de toute cette hémoglobine.

    Je suis tombée sur ce film par hasard sur Netflix, intéressée par des combats de sabre pour nourrir mon imaginaire et l’écriture de mon roman (une uchronie jap se passant en 1860). Si tu as des films à me conseiller ça m’intéresse, par contre l’anglais m’est rédhibitoire malheureusement 😅
    je suis assez surprise de constater que finalement les samouraïs ont influencés la culture japonaise mais sans avoir beaucoup d’œuvres avec des samouraïs proprement dit : est ce mon impression ou il n’y a quasiment aucune reconstitution historique mais beaucoup de samouraïs idéalisés et souvent dans un genre fantastique ? Et que des très vieux films ? Peut être aussi que la difficulté est de les trouver en français. L’une de mes meilleure source est le drama Jin, bien sûr en oubliant l’aspect fantastique complètement farfelu, et je ne crois pas que ma vost soit très officielle 😅. Bref j’ai des bonnes sources historiques mais je ne serais pas contre un support visuel si t’as des idées 😉

    J'aime

    1. Ou la la… C’est compliqué comme question. 1860 est une période particulière au Japon. Il n’y a plus de samouraïs comme on en voit dans les films de sabre style « Hara Kiri ». Ils sont devenus fonctionnaires ou bandits.
      Est-ce qu’il existe des film sérieux sur cette période ? Peut-être le plus proche sera « Tabou » de Nagisa Oshima, qui se déroule en 1865. Mais c’est surtout un film sur l’homosexualité et le désir.
      « Les derniers samourais » de Kenji Misumi (faut que je le revoie, d’ailleurs) se passe en 1860. Ça peut être une bonne piste.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s