La Dixième victime, Elio Pietri (1965)

Futur proche.

Pour empêcher les guerres, un jeu est mis en place par le ministère de la chasse. Ce jeu en légalisant la violence la retire du reste de la société.

Caroline Meredith (Ursula Andress) gagne sa vie en étant tantôt un chasseur tantôt une victime. Le chasseur sait tous de sa victime, ce qui lui donne un avantage considérable, mais la victime sait qu’elle est chassée. Après dix victoires, le participant empoche un million de dollars. Devenue chasseur, Caroline se met sur la piste de sa victime, un italien, Marcello Poletti (Marcello Mastrioanni). Pour gagner le plus d’argent possible, elle s’associe à un importateur de thé et lui promet qu’elle tuera Marcello devant les caméras, non loin du Colisée, mais pas dedans, c’est trop en ruine, c’est trop vieux.

La Dixième victime est l’adaptation de la nouvelle de Robert Sheckley « La Septième victime » (première publication en 1953), au sommaire du recueil que vient d’éditer les éditions Argyll, Le Temps des retrouvailles. Le film est d’un ridicule achevé. Ursula Andress fait sa première victime avec ses nichons revolver ou son soutien-gorge pistolet, on ne sait pas très bien. Marcello Mastrioanni est teint en blond peroxydée, ce qui ne lui va pas du tout, un peu comme si Eminem adoptait une tignasse noire, aile de corbeau. Vous pouvez imaginer sans mal le choc esthétique. Ajoutez à ça des meubles en plastique, des téléphones en plastique, des décors ridicules (mais souvent en plastique), des scènes absurdes, un scénario d’une grande paresse. L’ensemble tient vraiment de la torture. En tout cas, sur le plan visuel, c’est très pénible ; ça évoque une compression en 92 minutes du pire de la SF des années soixante (à côté, Silent Running a plutôt bien vieilli c’est dire). Étonnamment, j’y ai vu une source d’inspiration évidente du très bon Rollerball de Norman Jewison (1975).

Verdict : totalement dispensable, lisez plutôt le recueil de Robert Sheckley chez Argyll.