Hellbound, série télé coréenne

°

Un phénomène inexpliqué frappe la Corée, Dieu apparaît à certains personnes (mais est-ce vraiment Dieu ?) et leur annonce qu’il ne leur reste qu’un certain laps de temps à vivre. Une fois ce temps imparti évaporé (ça peut être trente secondes comme vingt ans) trois anges (des sortes de gorilles fuligineux) battent le ou la condamné(e) à mort avant de le ou la carboniser. Les membres de la Nouvelle Vérité le clament haut et fort : Dieu en a marre de nos conneries et c’est comme ça qu’Il communique désormais avec nous, envoyant en enfer tout ceux qui lui déplaisent.

Hellbound, outre son hyperviolence (ceux qui ont vu et aimé Squid Game ne seront pas dépaysés), laisse un drôle de sentiment. On ne sait pas trop ce qu’on voit, quel est le message. Est-ce une condamnation des pêchés (oui a priori, mais très vite non), est-ce une condamnation des mouvements religieux (oui, mais la Pointe de Flèche est une sorte de gang qui surinterprète le message de la Nouvelle Vérité plus qu’une religion organisée ou une secte) ? Doit-on y voir une condamnation des réseaux sociaux, oui, mais rapidement non. Du voyeurisme de la téléréalité ? Sans doute.

Tout est très ambigu et la fin complètement inattendue du sixième et dernier épisode donne plutôt envie de poursuivre dans la saison 2 si saison 2 il y aura. Rien n’est moins sûr, car le showrunner Yeon Sang Ho envisage d’abord de poursuivre le webtoon à l’origine de la série.

Décidément, la Corée est en train de se spécialiser dans le registre des série ultraviolentes.

Et même si on se demande parfois si les créateurs savent vraiment où ils vont, cette série est plus que recommandable ; tout comme Squid Game elle fait beaucoup gamberger, et ce n’est pas la moindre de ses qualités.