The Guilty, Gustav Möller (2018)

°

Asger Holm, un policier de terrain, est affecté au 112 (l’équivalent danois du 911) en attendant une audience cruciale qui doit décider de la suite de sa carrière dans la police danoise. Toute la nuit, il prend des appels sans intérêt, jusqu’à ce qu’il tombe sur une femme qui semble parler à sa fille. Il comprend alors que cette femme, Iben, a été kidnappée et fait semblant d’appeler sa fille pour que la police puisse tracer son appel. Commence alors une nuit d’extrême tension, à la recherche de la camionnette blanche du ravisseur qui roule vers le Nord.

1h09. The Guilty ne dure qu’une heure et neuf minutes. Et pourtant, malgré ce format inhabituel ou grâce à lui, Gustav Möller fait des étincelles. Son film, entièrement vécu depuis le PC téléphonique de la police danoise, est d’une tension extrême, presque insupportable. Et quand toutes les pièces du puzzle se mettent en place, vous recevez un uppercut à l’estomac qui vous laisse le souffle coupé.

Les Américains en ont fait un remake avec Jake Gyllenhaal, dirigé par le talentueux Antoine Fuqua.

Je ne l’ai pas vu… et j’aurais tendance à vous conseiller de commencer par l’original.