Wolcano, la sorcière du cul | Shyle Zalewski

(ça c’est de la couverture !)

Quatre hontes et un encensement (ça existe encensement ? Oui, bon, on s’en fout…)

Honte n°1

Je ne me souviens plus qui est la blogueuse ou le blogueur qui m’a donné envie de lire cette bédé (j’imagine que c’est une fille, mais bon je me trompe sans doute). Je note les références des bédés qui m’intéressent dans mon téléphone portable, mais c’est vrai que je ne commente jamais la liste. Donc un jour j’ai lu un truc sur cette bédé, je l’ai ajoutée à ma witch list et, des mois plus tard (faut pas déconner non plus), j’ai fini par la commander à mon libraire.

Honte n°2

Jusqu’à aujourd’hui je pensais que Shyle Zalewski était canadienne. Bon c’est bizarre comme cheminement intellectuel, mais BD indépendante rigolote avec de la fantasy, des sorcières et du cul, c’est devenue dans ma tête : « tiens ça doit être une canadienne de Vancouver qui a pondu ça ». Et donc le site Delcourt me met la honte pour au moins vingt-six minutes :

SHYLE ZALEWSKI est né en 1988 à Soissy. Shyle Zalewski est auteur de bande-dessinées, mais également musicien, compositeur et fondateur du label et maison d’édition Pantypop. Influencé par le côté D.I.Y. (Do It Yourself) de la culture punk, il bricole depuis la fin de l’université des objets, peintures, CD et bande-dessinées avec ses propres petites mains. Adepte du lo-fi pour la musique qu’il produit entre autres sous le nom Edam Edam ; et de l’auto-édition pour les livres, ses récits sont spontanés et adolescents, on y retrouve des histoires de dinosaures, de culottes « petit bateau » qui glissent aux chevilles, des anecdotes de robots ma foi fort sympathiques, d’apocalypse sentimentale, de milkshakes à la fraise et de fin du monde. Wolcano  est sa première BD d’autobio-fantasy, où Shyle narre métaphoriquement ses humeurs et ses aventures à travers cet avatar de sorcière. Shyle s’amuse à détourner gentiment les idées reçues sur le genre, le sexe, l’art, ou encore, tout simplement, le récit fantastique.

Franchement, quelle idée de naître à Soissy (je parie que vous savez même pas où ça se trouve).

Honte n°3 :

Je suis bien embêté pour vous parler de cette bédé, car il y a un truc, un twist, un mindfuck… appelez ça comme vous voulez. Delcourt l’évente dans sa présentation, mais moi je n’avais pas lu ladite présentation avant de lire la BD et mon esprit vierge (enfin, vous voyez ce que je veux dire) a clignoté quelques secondes quand j’ai compris de quoi parlait vraiment cet album. Il suffirait que j’utilise un seul mot et tout le sel du truc serait perdu ou presque, ça ne serait qu’une bédé rigolote de plus. Donc mon conseil : achetez-là en sachant que c’est alternatif et irrévérencieux, drôle et réussi, mais ne lisez aucun commentaire, aucune critique avant de commencer votre lecture.

Honte n°4 :

Je n’aime pas les bédés avec des couvertures souples. C’est sans doute du snobisme, une façon de dire : « moi j’ai un vrai travail, je peux me payer une baraque et pas un mobile home en carton mou ». C’est minable, voir indéfendable, mais c’est comme ça : je fuis comme la peste les BDs avec des couvertures souples. Là comme je l’avais commandée et que je ne savais pas à quoi ressemblait l’objet avant de le récupérer, ben voilà, j’ai dans ma collection une bédé à couverture souple que j’aime bien (en fait, j’en ai plusieurs, mais j’ai grave honte de l’avouer).

Un encensement :

Wolcano, la sorcière du cul c’est très chouette, c’est plus fin que ce que le titre laisse supposer, c’est un album qui donne la pêche et je vais désormais suivre la carrière de Shyle Zalewski avec attention.

Un peu de musique pour conclure (tu ne m’avais pas préparé à ça, vieux coq espagnol) :