Pasolini, Abel Ferrara (2014)

Willem Dafoe est Pier Paolo Pasolini

[3615 My Life] Quel parcours du combattant pour voir ce film qui n’existe pas en DVD français, malgré le fait qu’il ait été co-produit par Arte et Canal+. Je l’ai acheté une première fois chez un vendeur en ligne, et j’ai reçu un DVD italien sans sous-titre que j’ai offert à Anna, une collègue italienne chez Albin Michel, avec qui je travaille beaucoup (c’est elle qui est en charge de toutes les quatrièmes de couverture). Puis je l’ai acheté une seconde fois, en Angleterre, car l’édition était sous-titrée pour les sourds et malentendants. Pas idéal, mais on finit par y arriver. [/3615 My Life]

Le film en lui-même m’a semblé très réussi, mais il sera sans doute vécu comme très obscur par ceux qui ne connaissent pas la vie et l’œuvre du réalisateur italien. Abel Ferrara, à l’opposé de certaines de ses œuvres anciennes, joue la carte de la sobriété, dans sa mise en scène, dans sa direction d’acteurs. Willem Dafoe, dont (à mon humble avis) on avait oublié qu’il était un acteur formidable ces dernières années, est sidérant de bout en bout. Il y a des moment, je l’ai même totalement oublié et il me semblait voir Pasolini, bien que la ressemblance physique soit lointaine. Incroyable ce qu’on peut faire avec un « gadget », la paire de lunettes emblématique du réalisateur, et des poses de mimétisme très travaillées.

Abel Ferrara choisit un angle artistique intéressant qu’il tient jusqu’au bout, il filme les derniers jours de Pasolini comme Pasolini les aurait sans doute filmés… en mêlant la vie et l’art, le naturalisme et la parabole, la splendeur et l’ordure, le sexe et la mort, un enfer qui existe et un paradis inatteignable. Ceux qui espèrent une explication quant au meurtre de Pasolini, sur une plage d’Ostie, près de Rome, durant la nuit du premier au 2 novembre 1975 ne la trouveront pas dans ce film (ni dans aucun autre, d’ailleurs).

Sans doute un film trop pointu, qui rétrécit son public à force de le cerner avec précision, ce Pasolini est tout à fait recommandable. Et je suis ravi d’avoir pu enfin le voir.

L’ange de la vengeance, Abel Ferrara (1981)

L_Ange_de_la_vengeance

//

Thana, muette, travaille pour un créateur de mode. Un jour, alors qu’elle rentre du travail, elle est attirée dans une ruelle par un homme masqué qui la viole. Arrivée chez elle, elle surprend un voleur qui… bis repetita… la viole. Trop c’est trop : elle se défend, lui met un coup de fer à repasser sur le crâne et récupère son calibre .45. Bon, il ne lui reste qu’à se débarrasser du corps ; pas si facile, avec sa logeuse intrusive et son horrible petit clébard qui fourre sa truffe partout. Le chemin de Thana est désormais tout tracé : elle sera Miss .45 (L’Ange de la vengeance, en français) et va débarrasser la planète de sa pourriture masculine.

L’Ange de la vengeance est l’un des films les plus réussis d’Abel Ferrara. Sur le plan purement technique, quelques scènes sont à tomber par terre, notamment celle du nunchaku (je ne spoile pas davantage). Dans ce film, Ferrara montre deux viols très différents, l’un brutal et ramassé (la pauvre a à peine le temps de comprendre ce qui lui arrive et transpire de cette sidération maintes fois décrite par les victimes), l’autre plus étonnant, avec un violeur qui essaye de lui faire l’amour plus qu’autre chose. Ces deux scènes sont évidemment difficiles à regarder, mais pour construire la psyché de Thana le réalisateur ne s’en contente pas, il montre toutes ces choses du quotidien qui agressent les femmes : harcèlement de rue, drague lourde, implication dans la vie professionnelle, injures, harcèlement (plus subtil, mais réel) dans le cadre du travail. Etc. Ce qui rend le film d’une brûlante actualité (et ce qui lui vaut sans doute son statut mérité de film-culte). Un film qui par ailleurs ose des scènes de comédie très réussies.

Le film culmine dans une pénultième scène, célébrissime, qui rappelle le final de Carrie de Brian de Palma. Cette ultime incarnation de L’Ange de la vengeance, lourde de symboles, est devenue iconique et a longtemps servi de jaquette au long-métrage. A l’heure où les spectateurs aiment de moins en moins être spoiliés, on n’en dira pas plus.

Un dernier mot sur Zoe Tamerlis qui incarne Thana (née Tamerlis, elle utilisera le pseudonyme de Zoe Lund pour le reste de sa courte carrière). Elle est incroyable de bout en bout. Tout le film tient sur elle et elle tient presque tout le film (elle est absente de certaines scènes). Cette actrice, co-scénariste du Bad Lieutenant de Ferrara, a eu une carrière météoritique. Toxicomane de longue date, elle est morte à Paris d’un arrêt cardiaque dû à une overdose. Elle avait 37 ans.

Souvent considéré comme un film d’exploitation indéfendable, ou un vulgaire Rape & revenge façon I spit on your grave, L’Ange de la vengeance est un film important dans l’histoire du cinéma, une œuvre audacieuse qui crée non seulement sa propre mythologie urbaine et n’a rien perdu de sa pertinence et de sa capacité à nous mettre mal à l’aise.

Bien au contraire.

 

 

New York, 2 heures du matin (Fear City) Abel Ferrara (1984)

New_York_2_heures_du_matin

//

Je me suis offert dès parution (je l’avais précommandé) le coffret Blu-Ray « Abel Ferrara – les années sauvages » qui contient New York 2h du matin, China girl et L’Ange de la vengeance.

J’ai commencé par New York 2 heures du matin que j’avais déjà vu à plusieurs reprises, car j’aime bien son ambiance poisseuse qui, dans ce registre, n’atteint toutefois pas les sommets du Cruising de William Friedkin.

A New York, un homme blanc adepte des arts martiaux, mutile puis tue des strip-teaseuses. Il tient un journal (comme le tueur de Seven) Fear City (le titre du film en VO, La Cité de la peur, quoi) où il explique sa quête de pureté. Plusieurs des filles blessées travaillent pour l’agence de Matt Rossi (Tom Berenger en mode taureau italien) et Nicky Parzeno (Jack Scalia, un peu éteint). Matt est fou amoureux de la danseuse Loretta (Melanie Griffith qui semble équilibrer une idiotie congénitale par une plastique parfaite – on espère un rôle de composition) et est prêt à la protéger coûte que coûte. Un flic opiniâtre (Billy Dee Williams, très convaincant en peau de vache), va tout faire pour empêcher Matt de se faire justice lui-même.

Même si on n’y voit aucun poil pubien, le film est un étalage quasi-permanent de culs (souvent parfaits), de seins (avant les ravages de la chirurgie esthétiques), de lingerie fine (dans tous les sens du terme) qui risque de venir à bout du public féminin le plus ouvert d’esprit. C’est sûr qu’à l’heure actuelle, ça fait désordre. Et en même temps, le film montre bien justement les mécanisme du désir masculin, la fixation érotique / mécanique sur le corps, etc. C’est un aspect repoussant du désir masculin, mais il me semble incontournable. Ferrara ne fait pas de chichis : il plonge les mains dans le cambouis, puis met l’avant-bras, le bras jusqu’à l’épaule, le cou et la tête ne tardent pas à suivre. Ce sera sans doute désagréable pour toute une frange du public, voire rédhibitoire, mais j’y vois une vraie démarche artistique, consciente.

Histoire d’hommes…

Fear City dresse avant tout le portrait de deux hommes : Matt, l’abruti fini, d’origine italienne au lourd passé (personnage médiocre pour lequel Abel Ferrara semble avoir beaucoup de compassion) et ce tueur sadique qui intellectualise sa quête sanglante (je ne spoile pas, son identité est connue dès le début du film). On a beaucoup écrit sur la dimension « ridicule » de ce personnage de méchant qui passe son temps à faire des katas. J’ai trouvé qu’au contraire c’était plutôt bien vu, ça m’a d’ailleurs rappelé quelques passages du Soleil et l’acier de Mishima (chez Folio, pas cher).

J’ai revu Fear City avec plaisir (une fois de plus). Les filles sont jolies à regarder. Ferrara film les fessiers avec inspiration. L’ambiance glauque est réussie. Il y a des pointes d’humour à la fois inattendue et en même temps qui font mouche. Les personnages sont réalistes dans leur idiotie indécente et leurs aspirations à ras de bitume.

Nettement moins ambitieux que Taxi Driver, Serpico ou Cruising, New-York 2 heures du matin propose un portrait saisissant de New York by night.

Parfois, c’est moche une ville la nuit.