The night of – HBO (2006)

thenightof

Nasir Khan (Riz Ahmed) est un jeune homme de confession musulmane a priori sans histoire, un étudiant d’origine pakistanaise qui, un soir, emprunte le taxi de son père pour se rendre à une fête, downtown New York. Il se perd, s’arrête à un carrefour. Il n’a pas allumé son panneau « off duty ». Une jeune femme déboussolée monte dans son taxi. Elle veut aller à la plage. Il l’emmène au pied du pont de Brooklyn. Ils rentrent ensemble dans les beaux quartier, boivent, se droguent, jouent au jeu du couteau, font l’amour. Puis Nasir se réveille en sous-vêtements près du frigo ouvert. Il monte dans la chambre. Andrea (Sofia Black-d’Elia) est morte. Elle a reçu 22 coups de couteau. Naz panique. Ramasse le couteau avec lequel ils ont joué. Sort. Casse la vitre pour rentrer (il a oublié son blouson et les clés du taxi). Un témoin le voit (r)entrer par effraction. Il s’enfuie. Il sait que tout l’accuse. Trois pâtés de maisons plus loin, une voiture de police l’arrête pour une banale infraction au code de la route. Entrent alors un jeu un policier à deux doigts de la retraite, le détective Box (Bill Camp), un taulard qui prend Naz sous sa protection (Michael Kenneth Williams, mondialement connu pour son rôle d’Omar Little dans The Wire) et un avocat loser qui souffre d’un eczéma épouvantable (John Turturro).

Franchement après avoir vu les huit épisodes de The Night of, je ne sais pas trop par où commencer.

Plongeons : les acteurs sont géniaux (du premier rôle au troisième couteau) ; on retrouve la qualité HBO à laquelle on s’est habitué. Chacun incarne son rôle à un point tel que parfois on a l’impression de voir une histoire vraie se dérouler sous nos yeux. La série fait preuve d’une minutie incroyable dans sa volonté de montrer le fonctionnement de la justice américaine, l’horreur d’une prison comme Rikers Island ou la géographie de New York. Il faut savoir que le premier épisode est long, très détaillé, et qu’il se pose donc comme une sorte de seuil à enjamber. Je l’ai trouvé lancinant, j’ai pensé abandonner. Ceux qui connaissent la série The Wire / Sur écoute comprendront sans doute de quoi je parle. Puis la série prend son envol : implacable, éprouvante, sorte de catalogue de toutes les bassesses humaines possibles, mais aussi portrait en creux d’un père, Salim Khan (Payman Maadi) qui n’a de cesse de rester digne, un rocher dans la tempête. Ils sont tous terriblement humains dans leurs failles mais aussi leurs (éventuelles) forces. La descente aux enfers de Nasir est si rapide, si brutale, si réaliste qu’on prie littéralement pour que quelque chose de ce genre n’arrive jamais à un de nos enfants (on sait que ce sont des petits cons, qu’ils vont trop boire, prendre des drogues, déconner, on sait parce qu’on l’a fait vingt/trente ans avant eux et qu’on a « survécu » ou parce que des copains/copines à nous ont traversé ça – et certains sont tombés).

The Night of est d’une telle force émotionnelle qu’on ne peut échapper à son raz-de-marée. Par contre, son horreur psychologique est si poussée qu’il vaut mieux être prévenu. Si vous ne voulez pas voire une mère de famille honnête s’enfoncer des boulettes de cocaïne dans le vagin pour aider son fils en prison, si vous ne voulez pas voir un gardien extraire un téléphone portable du rectum d’un prisonnier fraîchement débarqué, si vous ne supportez pas la vue d’une hémorragie artérielle à la lame de rasoir (façon Un prophète), évitez. The Night Of n’épargne rien à Nazir et par voie de conséquence électrocute un spectateur qui ne s’attendait probablement pas à ce que le spectacle aille si loin. Descende si profond dans l’enfer carcéral.

On peut aussi considérer The Night of comme un hommage contemporain à Douze hommes en colère de Sidney Lumet. Un pont entre 2006 et 1957, qui nous montre combien l’Amérique a changé en cinquante ans.

 

 

Bury my heart at Wounded Knee, Yves Simoneau (2007)

Bury my heart at Wounded Knee est un long téléfilm HBO de plus de deux heures, évidemment inspiré du livre de Dee Alexander Brown (Albin Michel « Terre d’Amérique »), Enterre mon coeur à Wounded Knee, une histoire américaine (1860-1890). Mais l’ouvrage de Brown n’est pas la seule source du scénario, puisqu’il raconte aussi la vie de Charles Eastman.

Le film commence avec le massacre de Little Big Horn (25 et 26 juin 1876) où le général Custer et 267 de ses hommes périrent. Il se termine avec le massacre de Wounded Knee (29 décembre 1890) où environ deux cents indiens Lakota, hommes, femmes et enfants, furent tués par la cavalerie américaine.

On y suit plusieurs destins, mais en particulier celui de trois hommes (les guerres Indiennes, et ça ne surprendra personne, fut avant tout une affaire d’hommes) : Charles Eastman, médecin d’origine amérindienne ; le sénateur Henry Laurens Dawes (interprété par Aidan Quinn) ; le chef Sitting Bull (interprété par August Schellenberg).

Comme souvent chez HBO, le spectacle est éprouvant : scalp, blessures, corps gelés, enterrement d’enfants. Ici, il est question d’horreurs variées, de massacres, mais de maladie aussi, de racisme, de mesquinerie, de déchéance(s). Et de gens qui se trompent. Malgré toute sa bonne volonté, le sénateur Dawes apparaît comme l’homme par qui l’horreur arrive. Il croit aider les Amérindiens, il les enterre vivant, dans les réserves. Deux conceptions du monde, inconciliables, sont entrées en collision. Et encore aujourd’hui, les dégâts sont visibles (il suffit de visiter n’importe quelle réserve indienne pour s’en convaincre). Le scénario n’épargne personne, ni la lâcheté des uns, ni la cruauté des autres, ni la mesquinerie. Tout y passe : l’attrait de Sitting Bull pour la célébrité ; les bouteilles d’huile de foie de morue avalées avec avidité, car elles contiennent un tout petit peu d’alcool ; les horreurs perpétrées par les deux camps.

Le téléfilm n’est pas exempt de défauts, notamment en termes de réalisation, un brin forcée. Il passe un peu vite sur le mouvement Ghost Dance. On en retient une scène qui dit tout : un bœuf est lâché dans un corral, un Indien le prend en chasse à cheval et le tue avec sa carabine Winchester. Une forme d’aumône. Voilà la chasse que les Blancs offrent aux Indiens, après que les premiers ont volé les terres auxquelles les seconds pensaient appartenir… et non l’inverse. Tout ça, pour l’or des Black Hills.

Comme toujours, l’or n’est jamais très loin.