Conan : La Reine de la côte noire

CONAn

Les éditions Glénat se sont récemment lancées dans la publication en bande-dessinée des aventures de Conan, s’adjoignant pour ce faire la collaboration de l’expert mondial en la matière : Patrice Louinet. Deux albums ouvrent la série Conan le cimmérien : La reine de la côte noire (Pierre Alary au dessin, Jean-David Morvan au scénario) et Le Colosse noir (Ronan Toulhoat au dessin, Vincent Brugias au scénario).

Il y a quelques années, au sujet du Shining de Stephen King, mon éditeur chez Glénat m’expliquait à quel point il était difficile de ré-explorer cette immense oeuvre littéraire en BD tant Stanley Kubrick avait associé une dimension visuelle / graphique / esthétique au roman. Comment dessiner Jack Torrance sans qu’il ressemble à Jack Nicholoson, comment dessiner l’Overlook sans se référer au film, etc ?

Il me semble que ce projet Conan le cimmérien souffre un peu du même syndrome. Comment éviter la silhouette de Schwarzenegger, le slip en fourrure, l’épée droite cimérienne à double tranchant et les couvertures de Frazetta ?

Avec une audace indéniable, Pierre Alary et Jean-David Morvan tirent Conan vers la fantasy humoristique à la Soleil, et là, Patrice Louinet risque de s’en étouffer durablement, j’ai davantage pensé à la tétralogie de Novaria/Le roi malgré lui de Lyon Sprague de camp qu’à Conan en lisant cet album. Surtout le début (où j’ai aussi pensé à Lanfeust et Asterix, mais c’est parce que j’ai mauvais esprit).

Si l’histoire est indubitablement de Howard, avec cette espèce de fatalisme particulier qu’on retrouve à la fin de l’album quand Conan revient de la jungle, si les dialogues respectent bien la pensée barbare / conanienne… l’humour, le trait cartoon, le traitement « filles de Soleil » de Bêlit nous éloignent énormément de Robert E. Howard.

Ce ne sont pas quelques scènes de fesses (plutôt positives/récréatives au demeurant) qui vont m’empêcher de laisser cet album en libre-service à la maison. Mais je ne suis pas sûr que mes fils vont comprendre Conan en lisant cette adaptation de La Reine de la côte noire (pourtant une de ses aventures emblématiques… dans laquelle Oliver Stone et John Milius ont puisé une des meilleures scènes du premier film, le seul, le vrai).

Do you want to live forever ?

Dans l’antre de la pénitence

antrePénitence

 » 1905, San José en Californie. Suite à la perte de son mari et de sa fille, Sarah Winchester se lance dans la construction compulsive de la « Winchester House » : une demeure aussi étrange que démesurée. Un chantier perpétuellement troublé par les lubies de sa commanditaire, qui réveille ses domestiques en pleine nuit, ou ordonne à ses ouvriers de construire des portes et des escaliers ne menant nulle part. On la prétend folle, hantée par les esprits de ses proches disparus. Mais le jour où un étranger fait son apparition sur le pas de sa porte, les démons de Sarah pourraient bien devenir réels… « 

(Résumé éditeur)

La maison Winchester à San José en Californie est une attraction touristique célèbre, attachée à la folie historique d’une femme : Sarah Winchester. Cette maison est au centre de plusieurs œuvres, comme le roman de science-fiction Vanishing point de Michaela Roessner (que je faillis publier, en français, dans une vie antérieure), ou le film des frères Spierig, le bien-nommé Winchester.

Pour ce qui est de L’Antre de la pénitence, le scénariste Peter J. Tomasi nous emmène en 1905 en Californie à la rencontre de Warren Peck, un assassin (tueur d’Indiens notamment) qui, blessé, va trouver gîte et couvert chez Sarah Winchester, dans sa maison de la pénitence. La folie, les fantômes, les hallucinations, tout s’amasse dans cet endroit peuplé d’assassins en pleine repentance.

S’il faut un petit temps d’adaptation pour s’habituer au dessin, original certes, mais assez agressif, après quelques pages à peine on comprend vite que ce dessin, si particulier, est tout à fait adéquat. Et vers la fin, Ian Bertram livre quelques doubles pages de folie, où semblent entrer en improbable collision l’art d’Escher et les visions horrifiques du Clive Barker des Livres de sang.

Cette californian ghost story vaut plus q’un coup d’œil.