No escape, John Erick Dowdle (2015)

No_Escape

//

Dans un pays du sud-est asiatique non nommé (le film a été tourné principalement en Thaïlande, mais aussi au Cambodge), ayant une frontière commune avec le Viêt-Nam, débarquent un ingénieur (Owen Wilson, surprenant), sa femme et leurs deux filles. Il a trouvé un poste chez Cardiff une entreprise spécialisée dans l’eau potable. Ce que cette jolie famille américaine ignore c’est que le Premier Ministre vient d’être assassiné et que le mouvement rebelle à l’origine de cette action est déterminé à tuer tous les employés de Cardiff, suite à un accord économique considéré comme spoliateur.

No Escape surprend et on va dire que c’est sa qualité première. Un peu construit comme un film de zombies où les méchants asiatiques remplacent les morts-vivants, il délivre une tension quasi continue à la limité du supportable, qui culmine dans la scène de « saut » qui implique les deux enfants du couple américain. Film assez peu subtil, qui délivre un message économique et géopolitique pertinent mais sans nuance, No escape dérange par son racisme involontaire, du moins on l’espère. Les acteurs sont impeccables, la tension est à son comble, mais le film manque de réalisme, tout est absolument too much, et son deus ex machina, qu’on voit venir de loin donne furieusement envie de pouffer. Quant aux parallèles qu’il dresse avec le génocide cambodgien, ils sont au mieux maladroits.

Le spectateur qui connaît l’Asie du sud-est reconnaîtra sans mal la graphie si particulière de l’écriture thaïlandaise, mais verra dans les magouilles du Premier Ministre du film un parallèle saisissant avec celles du premier ministre cambodgien Hun Sen, au pouvoir depuis 1985 (sauf entre 1993 et 1998). D’ailleurs bon nombre d’acteurs asiatiques parlent en khmer et non en thaï.

Si vous ne connaissez rien à l’Asie du sud-est, vous pouvez voir No Escape comme un thriller extrêmement prenant. Étouffant même. Pour ma part, ça ne vaut pas le très beau Rangoon de John Boorman.

 

 

Kratie –> Stung Treng –> Banlung

Irrawaddy Dolphin, Thailand

(Photo (c) WWF, fauchée sans leur autorisation)

 

Vendredi 17 novembre je me suis levé à 6h00 pour retrouver les gens du Sorya Kayaking Tours de Kratie, où j’avais réservé ma place pour le half day dolphin trip.  Nous étions six dans le groupe du jour (deux allemandes, un allemand sans lien avec les filles, un couple d’américains de Seattle et moi-même). Je me suis logiquement retrouvé apparié avec le sympathique touriste allemand. Un guide, quatre kayaks, six clients. C’est parti.

L’aventure a commencé par un petit déjeuner léger, puis une demi-heure de camion sur l’ancienne route (défoncée) de Stung Treng avant la mise à l’eau des embarcations. Dès le départ, ça rigole pas : faut traverser le Mékong. 40 minutes d’effort vu le courant (une des deux Allemandes était une pro ; elle aurait été seule dans le kayak une place je pense qu’elle nous mettait minable pour le siècle, mais elle s’était trouvée une compagne d’aventure nettement moins aguerrie, ce qui a équilibré les forces en présence – « je l’ai un peu obligée » m’a-t-elle confié au petit-déjeuner, en parlant de son amie). Puis pause petit-déjeuner, le second de la journée, (riz gluant aux fèves de soja et fruits frais) sur une des îles du Mékong.

Ensuite nous pagayons vingt minutes pour rejoindre la piscine des dauphins où nous attendent quatre bateaux de touristes, venus comme il se doit en bateau à moteur long tail. Cinq minutes après notre arrivée nous voyons les premiers dauphins. Ça fait évidemment plaisir de les voir et en même temps on ne peut pas s’empêcher d’être triste qu’ils soient si peu nombreux (si j’ai bien compris le guide, il en reste soixante dans le Mékong avec une seule naissance répertoriée ces trois dernières années). Là il y en avait bien une dizaine. Nous sommes restés presque une heure à les observer. Après le départ du dernier bateau à moteur, nous sommes allés kayaker à leur rencontre. Il ne faut en aucun cas les toucher : ça leur crée des abcès. Quelques uns ont approché le temps d’une photo. Mais aucun n’est réellement sorti de l’eau.

Ensuite, Kayak jusqu’à une « piscine » naturelle où tout le monde s’est baigné joyeusement et où l’Américain a décide de défier le courant du Mékong à la nage (pas longtemps, ça tire fort).

Puis retraversée du fleuve, en biais, aidé par le courant, contrairement à la première fois.

J’ai trouvé le trip moins difficile que l’Ardèche (que j’ai descendue plusieurs fois dans ma vie), par contre c’est vraiment fatigant.

//

L’après-midi, mini-van jusqu’à Stung Treng, que je voulais visiter. Mais le van ayant pris trois heures de retard je suis arrivé avec la nuit. J’ai mangé au bord de l’eau dans un typique restaurant flottant sur le Mékong, établissement familial doté d’une énorme carte visuelle (avec les photos de nourriture les plus ratées que j’ai vues de ma vie), mais ils avaient « rien », pas même un morceau de poulet, juste de quoi faire un lok lak. Ok pour un lok lak.

//

Samedi 18 novembre : mini van pour Bang Lung.

La route est moderne, bordée de plantation d’hévéas ou de plantation de bananiers.

Arrivée à 10h30 dans cette ville si peu touristique (traversée par une énorme artère routière : la route 78) et pourtant au cœur de la région des treks : le Ratanakiri.

 

 

 

 

 

 

 

Phnom Penh today

sokha

Retour à Phnom Penh après quelques années loin de la capitale cambodgienne.

Le chantier du Sokha (en face du Palais Royal, de l’autre côté du Mékong, est terminé – voir photo). Hier (samedi 11/11) un feu d’artifice a été tiré exactement entre l’hôtel et le Palais Royal, histoire de faire de belles photos (promotionnelles).

Les tours poussent à Phnom Penh comme des champignons, surtout dans le quartier des ambassades. Quand on voit certains chantiers, étayés au bois et au bambou, on se pose de sérieuses questions, surtout quand les planchers ne sont plus alignés (véridique !) arrivé au vingtième étage, cinq degrés vers le haut ici, cinq degrés vers le bas là-bas. En même temps, ce chantier-là (comme d’autres) semblait à l’abandon…

La saleté légendaire de la ville est au rendez-vous avec son lot de tragédies habituelles : gosses de rue omniprésents armés d’un sac en plastique à la recherche de détritus, absolument tout ce qui peut se monnayer. J’ai envie de dire qu’ils sont sales comme un peigne, mais franchement je n’ai jamais vu de ma vie peigne aussi sale.

Toujours ce grand écart, ce contraste bouleversant, entres les tours des banques chinoises et, dans leur ombre, ces gamins de cinq six ans livrés à eux-mêmes.

Je loge au Eighty8 Backpapckers (au nord du Wat Phnom, sur la 88e), une auberge de jeunesse qui fleure bon le repaire de gauchistes alter-mondialistes, malgré des prix un brin exagérés (mais bon, les prix ont sacrément augmenté à Phnom Penh, donc je ne sais plus ce qui est exagéré ou ne l’est pas). Mais il y a une piscine et des concerts folks live music (plus une table de billard, dont l’utilisation est gratuite – si si). J’ai choisi cet hôtel car c’est pas trop loin du Bophana Center où je dois me rendre semaine prochaine et tout près des bus pour le nord / Mondolkiri / Ratanakiri ; ça se fait à pied sans problème, même si Phnom Penh n’est pas très conçue pour la marche à pied, à l’exception notable de ses quais, envahis par les familles dès la nuit tombée. L’hôtel est plein de groupes de filles (touristes / ONG) plus tatouées que moi, qui mangent vegan pour la plupart (soupe de légume au petit-déjeuner), et sont piercées à plein d’endroits visibles (pour ne pas dire ostentatoires). Bracelets bouddhiques, vêtements locaux, tongs. Les touristes sont vêtues très très courts (pour visiter un temple ou le musée du génocide, c’est parfait), les filles des ONG portent toutes la robe longue ou le pantalon, plus respectueux des populations locales. On voit au premier coup d’oeil à quel point elles sont plus « intégrées ».

Au petit-déjeuner, tout le monde est sur son laptop et/ou son téléphone portable. Et le restau est fumeur ; c’est vrai qu’on n’est plus du tout habitué en France.

L’ambiance est sympa, le quartier est calme jusqu’au chant du coq (après, plus moyen de dormir). Le coq khmer n’a rien à envier à nos champions gaulois et/ou sportifs. Il y a aussi des singes dans le quartier, attention à la fauche et aux mâles dominants, parfois agressifs.

Bon je serai content quand j’aurais fini mes RDV à Phnom Penh, ce qui me permettra de monter dans un bus vers le nord sauvage et d’avancer sur mon scénar in situ. Le but avoué : finir (Marc Michetz étant passé en mode « samourai du dessin / Banzaï ! », le moins que je puisse dire c’est qu’il ne me facilite pas la tâche – je suis habitué à travailler avec des dessinateurs qui bossent beaucoup beaucoup moins vite que moi. Michetz n’en fait pas partie).