The Silent Sea – série de science-fiction coréenne


La Terre se meurt.

L’eau potable est devenue la plus précieuse des ressources.

Sur la Lune, dans une station abandonnée depuis six ans après un accident nucléaire qui a tué tout le monde, se trouve peut-être la solution au problème. Alors on envoie une mission à la recherche de mystérieux échantillons.

Bon alors là, je crois qu’on a un winner total. Seule mon immense perversité m’a permis d’aller au bout. Tout est ridicule : la préparation de la mission, le matériel utilisé, la nature du secret lunaire, les liens entre les personnages. Les flash-backs. L’hommage hyperlourdingue à Aliens (détecteur de mouvement, jeune survivante de sexe féminin). J’ai failli m’étouffer avec un bretzel (ce qui est très fort parce que je n’en mange jamais) à plusieurs reprises : la trachéotomie façon tuyau d’arrosage, la scène de l’ascenseur, la scène des plantes (une plante ça n’a pas besoin que d’eau, ça a aussi besoin de lumière et de nourriture), les emprunts aux films d’horreur japonais (la fille au longs cheveux noirs qui court au plafond, bon là elle circule plutôt sur les murs façon cafard cosmique). Je ne vous parle même pas de la gestion de la gravité lunaire et de l’eau qui prolifère (à friser ?). On a l’impression que c’est un enfant de huit ans qui a écrit le scénario après avoir mal digéré son kimchi.

Comment peut-on mettre des milliards de wons pour produire ça ?

C’est sans doute le plus grand mystère de The Silent Sea.

My Name – série policière coréenne

Ça c’est un couteau…

Alors qu’elle s’apprête à fêter son anniversaire toutes seule, Ji Woo reçoit la visite de son père qui appartient à une célèbre organisation criminelle coréenne. Il n’a pas le temps d’entrer dans l’appartement qu »il est abattu par un inconnu. Pour se venger du meurtrier, Ji Woo contacte Mu-Jin Choi, le charismatique chef de l’organisation dont son père était le bras droit et meilleur ami. Démarrant au plus bas de l’échelle criminelle, elle ne va pas tarder à monter les échelons, puis à intégrer la police.

Dans la série « si c’est coréen, c’est forcément bien », My Name rate une marche et se casse la gueule dans les escaliers non sans avoir mollement rebondi dans tous les sens le long de huit épisodes. Rien dans la série n’est original, tout est vu et revu. Pour l’intrigue générale, on pense aux Infiltrés de Scorsese, remake d’un film de Hong-Kong, Infernal affairs. On pense à l’immense New World, pour les combats à l’arme blanche ultraviolents et ses immenses flaques de sang. On pense à tout un tas de trucs qui fait de My Name une indigeste macédoine de polars asiatiques qui ne trouve jamais son ton ou son originalité. Huit épisodes pour raconter ce qui tenait très bien dans un film de deux heures, faut pas pousser. Sans parler de l’histoire d’amour ridicule qui finit par faire surface.

On peut s’en passer sans regret.

Lamb, Valdimar Jóhannsson (2021)

Regardez attentivement cette affiche et trouvez le détail incongru qui lui donne toute sa force, un indice : ce n’est pas la mocheté du pull de Noomi Rapace.

Maria et Ingvar possèdent une ferme en Islande, dans un coin paumé où ils élèvent des moutons (les paysages sont jolis, mais ça ressemble quand même à une vie de merde). Ils n’ont pas d’enfants et semblent s’être éloignés l’un de l’autre, comme si la routine, le travail avaient remplacé le désir, la joie. Maria passe son temps un bras enfoncé dans le vagin des brebis pour les aider à mettre bas. C’est un sale boulot, mais il faut bien que quelqu’un le fasse. Un jour elle délivre une brebis qui met bas une étrange créature hybride, une chimère. Maria en tombe immédiatement amoureuse et décide de l’appeler Ada et de l’élever comme sa fille.

Ce film m’a fait un drôle d’impression. Pour commencer on notera que même avec beaucoup d’indulgence c’est longuet, qu’il ne se passe pas grand chose, que les rares actions viennent plutôt au bout d’une bonne heure. Amputé de vingt minutes, le film aurait sans doute gagné en force. Ensuite, c’est joyeusement malsain et je comprends qu’on puisse être profondément troublé, voire perturbé, par le spectacle que nous propose Valdimar Jóhannsson. Et puis il y a cette fin, que j’ai trouvée grotesque comme certaines fins des premiers films de David Cronenberg. Grotesque peut-être pas dans le sens « totalement foiré », mais dans le sens « non, mais vous avez fumé quoi les gars ? »

Enfin, puisqu’il faut quand même prodiguer quelques remarques sexistes dans une époque où c’est devenu presque plus grave que de conduire un car scolaire bourré, je confesse mon amour presque inconditionnel pour Noomi Rapace. Qu’est-ce qu’elle est belle ! assise sur son tracteur ; quand elle enfonce son avant-bras droit dans le vagin dilaté d’une brebis ; quand elle étend son linge en portant un pull informe qu’on a sauvagement envie de lui enlever. Elle est étonnamment inquiétante, les tétons gonflés de désir (c’est fou les progrès accomplis en matière d’effets spéciaux ces dernières années), quand elle fait l’amour avec son mari, autre scène qui, juste à cause du contexte global, provoque un malaise certain. Pourtant on ne peut pas trouver plus légitime : un couple marié de longue date qui fait l’amour avec passion.

Donc Lamb est un film fantastique qui sort du lot, on peut sans doute le conseiller à ceux qui apprécient les films les plus malsains de David Cronenberg ou qui ont aimé le Antichrist de Lars Von Trier (que je n’ai pas critiqué sur ce blog, tiens je devrais penser à le faire…).

Conan le Cimmérien – Chimères de fer dans la clarté lunaire | Virginie Augustin

Planche 6

Je n’ai pas encore lu tous les Conan de Glénat publiés sous la direction de Jean-David Morvan et Patrice Louinet. Le moins que je puisse dire c’est que certains m’ont énormément déçu et c’était souvent ceux dont l’histoire me semblait la plus prometteuse. Chimères de fer dans la clarté lunaire souffre d’être l’adaptation d’une histoire typique de Robert E. Howard, typique presque jusqu’à la caricature, mais Virginie Augustin réussit le tour de force d’en faire une excellente BD, avec très peu de dialogues, elle nous donne le point de vue d’une femme, Olivia, sur le personnage de Conan. Et étonnamment, via un sous-texte très habile, une façon crue et assez inattendue de mettre en scène les violences faites aux femmes, cette BD devient une sorte de commentaire sur le rôle des femmes dans les récits commerciaux des années 30, en particulier,, mais aussi en fantasy plus généralement.

De toute la série, c’est sans doute ma préférée, car Virginie Augustin ne tente pas de réinventer graphiquement Conan (comme s’y est risqué Emmanuel Civiello avec son Dieu dans le sarcophage), elle répond parfaitement à la construction mentale que je me fais du personnage : musclé, cheveux noirs longs et raides, yeux bleus. Conan est un idéal celte, il pose l’éternelle question de qui est le plus civilisé : l’homme soi-disant civilisé ou le barbare, qui est le plus noble, le moins vil, le plus franc. Le fer plie, l’acier casse ?

Les planches sont belles, la narration est extrêmement maîtrisée (j’ai juste tiqué sur un enchaînement de deux cases qui m’a semblé un peu confus ; l’effet désiré était sans doute un peu trop subtil pour moi).

Vraiment une très belle BD de Conan, une des plus respectueuse de l’œuvre de Robert E. Howard.

Elle plaira je crois autant aux lectrices de fantasy qu’aux lecteurs et c’est sans doute en cela qu’elle impressionne le plus.

PS : Dans les pages bonus il y a un Conan dessiné par Cromwell et putain de bordel de merde il envoie de l’acier trempé le bonhomme !

Le Monde sans fin | Jancovici/Blain.

🌪

Quand un illustrateur, Christophe Blain (Gus, Isaac le pirate) et un ingénieur spécialisé dans le changement climatique, Jean-Marc Jancovici (créateur du bilan carbone, excusez du peu) s’associent pour produire une épaisse BD (191 planches) sur l’impasse énergétique et le changement climatique, il y a de quoi être intéressé. Surtout quand ladite BD a un succès phénoménal (plus de 300 000 exemplaires vendus depuis le 18 octobre 2021).

L’objet-livre est imposant, lourd, et pour tout dire un peu tristoune. Bon, passons. L’essentiel est à l’intérieur. Avec humour, Christophe Blain met en images le constat totalement terrifiant que Jean-Marc Jancovici dresse de notre dépendance énergétique et de ses conséquences concrètes sur le climat. On va dans le mur et on y va en appuyant sur la pédale d’accélérateur à fond. Youpi !

C’est clair, argumenté, effrayant. Le raisonnement global est difficile à mettre en échec ; mais certains s’y essayeront, sans doute pour continuer à toucher leurs jetons de présence.

Problème : je me suis largement ennuyé. J’ai eu l’impression, à quelque détails près, de n’avoir rien appris de plus et juste répété tout le travail de recherches que j’avais fait pour mon recueil de nouvelles 7 secondes pour devenir un aigle… il y a presque dix ans maintenant. Le coût d’extraction du pétrole a augmenté de façon spectaculaire durant la dernière décennie ce qui, malheureusement, pousse les industriels à chercher l’or noir dans des endroits où avant on n’allait pas. Bon, j’ai déjà écrit là-dessus et il n’y avait pas besoin d’être devin pour analyser la trajectoire de la chute.

Ne vous méprenez pas, je pense que c’est une bonne BD, doublé d’un très bon projet de vulgarisation / pédagogique, mais à réserver à des lecteurs qui n’y connaissent pas grand chose.

Une fois cette BD refermée, le constat est doublement désespérant : 1/ ça fait maintenant quarante ans, voire plus, qu’on sait TOUT ça (le vocabulaire s’est affiné, les outils d’analyse se sont diversifiés et ont gagné en précision, mais la problématique de la pollution n’est pas nouvelle, loin de là, ni celle des énergies dites fossiles) ; 2/ depuis quarante ans nous n’avons fait AUCUN progrès, bien au contraire, et évidemment ce n’est pas en pissant sous la douche ou en échangeant nos ampoules par des LED que la situation va changer.

Face à des dirigeants qui sont dans le déni ou croient à une transition énergétique magique du type lapin blanc qui sort immaculé et bien nourri d’un chapeau noir charbon, le citoyen se trouve complètement abandonné ou presque.

La prochaine étape ? Ce sera celle des pénuries, des tempêtes et de la violence, c’est ma conviction, et j’espère de toutes mes forces avoir tort.

Comme dirait l’autre :  » a storm is coming « .

Wolcano, la sorcière du cul | Shyle Zalewski

(ça c’est de la couverture !)

Quatre hontes et un encensement (ça existe encensement ? Oui, bon, on s’en fout…)

Honte n°1

Je ne me souviens plus qui est la blogueuse ou le blogueur qui m’a donné envie de lire cette bédé (j’imagine que c’est une fille, mais bon je me trompe sans doute). Je note les références des bédés qui m’intéressent dans mon téléphone portable, mais c’est vrai que je ne commente jamais la liste. Donc un jour j’ai lu un truc sur cette bédé, je l’ai ajoutée à ma witch list et, des mois plus tard (faut pas déconner non plus), j’ai fini par la commander à mon libraire.

Honte n°2

Jusqu’à aujourd’hui je pensais que Shyle Zalewski était canadienne. Bon c’est bizarre comme cheminement intellectuel, mais BD indépendante rigolote avec de la fantasy, des sorcières et du cul, c’est devenue dans ma tête : « tiens ça doit être une canadienne de Vancouver qui a pondu ça ». Et donc le site Delcourt me met la honte pour au moins vingt-six minutes :

SHYLE ZALEWSKI est né en 1988 à Soissy. Shyle Zalewski est auteur de bande-dessinées, mais également musicien, compositeur et fondateur du label et maison d’édition Pantypop. Influencé par le côté D.I.Y. (Do It Yourself) de la culture punk, il bricole depuis la fin de l’université des objets, peintures, CD et bande-dessinées avec ses propres petites mains. Adepte du lo-fi pour la musique qu’il produit entre autres sous le nom Edam Edam ; et de l’auto-édition pour les livres, ses récits sont spontanés et adolescents, on y retrouve des histoires de dinosaures, de culottes « petit bateau » qui glissent aux chevilles, des anecdotes de robots ma foi fort sympathiques, d’apocalypse sentimentale, de milkshakes à la fraise et de fin du monde. Wolcano  est sa première BD d’autobio-fantasy, où Shyle narre métaphoriquement ses humeurs et ses aventures à travers cet avatar de sorcière. Shyle s’amuse à détourner gentiment les idées reçues sur le genre, le sexe, l’art, ou encore, tout simplement, le récit fantastique.

Franchement, quelle idée de naître à Soissy (je parie que vous savez même pas où ça se trouve).

Honte n°3 :

Je suis bien embêté pour vous parler de cette bédé, car il y a un truc, un twist, un mindfuck… appelez ça comme vous voulez. Delcourt l’évente dans sa présentation, mais moi je n’avais pas lu ladite présentation avant de lire la BD et mon esprit vierge (enfin, vous voyez ce que je veux dire) a clignoté quelques secondes quand j’ai compris de quoi parlait vraiment cet album. Il suffirait que j’utilise un seul mot et tout le sel du truc serait perdu ou presque, ça ne serait qu’une bédé rigolote de plus. Donc mon conseil : achetez-là en sachant que c’est alternatif et irrévérencieux, drôle et réussi, mais ne lisez aucun commentaire, aucune critique avant de commencer votre lecture.

Honte n°4 :

Je n’aime pas les bédés avec des couvertures souples. C’est sans doute du snobisme, une façon de dire : « moi j’ai un vrai travail, je peux me payer une baraque et pas un mobile home en carton mou ». C’est minable, voir indéfendable, mais c’est comme ça : je fuis comme la peste les BDs avec des couvertures souples. Là comme je l’avais commandée et que je ne savais pas à quoi ressemblait l’objet avant de le récupérer, ben voilà, j’ai dans ma collection une bédé à couverture souple que j’aime bien (en fait, j’en ai plusieurs, mais j’ai grave honte de l’avouer).

Un encensement :

Wolcano, la sorcière du cul c’est très chouette, c’est plus fin que ce que le titre laisse supposer, c’est un album qui donne la pêche et je vais désormais suivre la carrière de Shyle Zalewski avec attention.

Un peu de musique pour conclure (tu ne m’avais pas préparé à ça, vieux coq espagnol) :

Hellbound, série télé coréenne

°

Un phénomène inexpliqué frappe la Corée, Dieu apparaît à certains personnes (mais est-ce vraiment Dieu ?) et leur annonce qu’il ne leur reste qu’un certain laps de temps à vivre. Une fois ce temps imparti évaporé (ça peut être trente secondes comme vingt ans) trois anges (des sortes de gorilles fuligineux) battent le ou la condamné(e) à mort avant de le ou la carboniser. Les membres de la Nouvelle Vérité le clament haut et fort : Dieu en a marre de nos conneries et c’est comme ça qu’Il communique désormais avec nous, envoyant en enfer tout ceux qui lui déplaisent.

Hellbound, outre son hyperviolence (ceux qui ont vu et aimé Squid Game ne seront pas dépaysés), laisse un drôle de sentiment. On ne sait pas trop ce qu’on voit, quel est le message. Est-ce une condamnation des pêchés (oui a priori, mais très vite non), est-ce une condamnation des mouvements religieux (oui, mais la Pointe de Flèche est une sorte de gang qui surinterprète le message de la Nouvelle Vérité plus qu’une religion organisée ou une secte) ? Doit-on y voir une condamnation des réseaux sociaux, oui, mais rapidement non. Du voyeurisme de la téléréalité ? Sans doute.

Tout est très ambigu et la fin complètement inattendue du sixième et dernier épisode donne plutôt envie de poursuivre dans la saison 2 si saison 2 il y aura. Rien n’est moins sûr, car le showrunner Yeon Sang Ho envisage d’abord de poursuivre le webtoon à l’origine de la série.

Décidément, la Corée est en train de se spécialiser dans le registre des série ultraviolentes.

Et même si on se demande parfois si les créateurs savent vraiment où ils vont, cette série est plus que recommandable ; tout comme Squid Game elle fait beaucoup gamberger, et ce n’est pas la moindre de ses qualités.